ch sign

In­to­lé­rance au lactoseLa digestion du sucre du lait

Une suspicion d'intolérance au lactose est à prendre au sérieux et à clarifier avec un spécialiste. Nous avons réuni pour vous des informations et des conseils pratiques sur le thème de l'intolérance au lactose.

Bon à savoir:

  • L'intolérance au lactose n'est pas une maladie.
  • Il n'est pas indiqué de supprimer complètement les produits laitiers. 
  • Adressez-vous à un spécialiste et évitez de faire vos propres tests.

Qu'est-ce que l'in­to­lé­rance au lactose?

L'intolérance au lactose n'est pas une maladie. Pourtant, certaines personnes concernées en souffrent beaucoup. Pour la majorité, il s'agit d'une intolérance au lactose primaire qui apparaît au début de l'âge adulte. La production de l'enzyme digestive appelée lactase diminue alors peu à peu. Il arrive aussi qu'une intolérance au lactose se manifeste de manière passagère, par exemple après une opération de l'intestin ou en cas d'inflammations intestinales.

In­to­lé­rance au lactose: ques­tions, réponses et conseils

Vrai ou faux?

La tolérance au lactose est le résultat d'un "apprentissage". Vrai ou faux?

Vrai. Il y a quelque 7500 ans, l'homme a commencé à cultiver la terre et à élever le bétail, et donc à consommer du lait, dont il a rapidement saisi les avantages. Au fil des générations, cette nouvelle habitude de consommation a entraîné une mutation génétique: l'humain, même adulte, a fini par produire suffisamment de lactase et à tolérer le lactose. Cette évolution aurait son origine dans la région de la Hongrie, de l'Autriche et de la Slovéquie actuelles. La tolérance s'est ensuite répandue dans tout le centre et le nord de l'Europe.

L'in­to­lé­rance au lactose dans le monde

L'économie laitière et la tolérance au lactose sont intimement liées.

À ce jour, la tolérance au lactose est particulièrement répandue dans les régions où s'est développée l'économie laitière et où le lait fait partie intégrante des traditions alimentaires. Dans les pays où la production laitière est moins répandue, la tolérance au lactose est moindre, et la population compte beaucoup d'intolérants. Cela ne signifie pas pour autant qu'aucun produit laitier n'est consommé: les produits fermentés, comme le yogourt et le fromage, font partie de leur alimentation.

Que faire en cas d'in­to­lé­rance au lactose?

Produits laitiers bien supportés

Tournez-vous vers un spécialiste pour adapter votre régime alimentaire: il vous aidera à déterminer la quantité de lactose supportée. Vous pourrez continuer à consommer des produits laitiers contenant moins de lactose en fonction de votre seuil personnel de tolérance. Associés à des protéines et des lipides, ces produits sont plus digestes.

Éviter les tests à faire soi-même

Les tests que l'on trouve sur Internet ou en pharmacie ont tendance à identifier toutes sortes d'aliments auxquels la personne, en réalité, ne réagit absolument pas. Ces tests se basent sur la détection des anticorps IgG/IgG4. Or, la production d'anticorps IgG après l'ingestion de certains aliments est une réaction naturelle du corps et ne constitue pas la preuve d'une allergie ou d'une intolérance. Les analyses capillaires, le pendule, la biorésonance, les biopsies et la kinésiologie ne sont pas non plus des méthodes de diagnostic recommandées.

IgG?

Les immunoglobulines G (ou IgG) sont des anticorps qui luttent contre les bactéries et les virus. La production d'anticorps IgG après ingestion d'un aliment est une réaction immunitaire normale qui ne reflète pas un processus pathogène.

Vous avez des ques­tions?

Susann Wit­ten­berg

BSc en écotrophologie
Téléphone 031 359 57 57
nutrition@swissmilk.ch

Regula Thut Borner

Diététicienne dipl. ES
Téléphone 031 359 57 58
nutrition@swissmilk.ch

Réactions pathologiques aux denrées alimentaires:

  • aha! Centre d’Allergie Suisse: Brochure La prévention des allergies. Berne 2016 
  • Biesalski HK et al: Ernährungsmedizin. 4. Auflage. Thieme Verlag. Stuttgart 2010 
  • Bonifer R: Glutensensitivität, Weizenallergie oder Zöliakie? Pädiatrie 2-2016; 11-13 
  • Bundesamt für Gesundheit BAG: Allergene in Lebensmitteln: gut informiert. Bern 2011 
  • Constien A, Reese I: Lebensmittelallergien. Grundlagen, Diagnose, Therapie. Ernährungs Umschau 3-2007: 146–153 
  • D’Urbano LE, Pellegrino K, Artesani MC et al: Performance of a component-based allergen-microarray in the diagnosis of cow’s milk and hen’s egg allergy. Clinical & Experimental Allergy 2010; 40: 1561–1570 
  • Dürr E: Kuhmilchproteinallergie im Säuglings- und Kindesalter. Pädiatrie 2-2016; 15-19 
  • EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA): Scientific Opinion on lactose thresholds in lactose intolerance and galactosaemia. EFSA Journal 2010; 8:1777 
  • Eurpean Academy of Allergy and Clinical Immunulogy EAACI: Food Allergy and Anaphylaxis Guidelines. Online www.eaaci.org 2016 
  • European Academy of Allergology and Clinical Immunology EAACI: IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel werden nicht zur Diagnostik empfohlen. Positionspapier. Ins Deutsche übersetzte Fassung der englischen Originalpublikation in Allergy 2008; 63: 793–796. Springer Medizin 2009 
  • Kasper H: Ernährungsmedizin und Diätetik. 12. Auflage. Elsevier Verlag. München 2014 
  • Kim JS, Nowak-Wegrzyn A, Sicherer SH et al: Dietary baked-milk accelerates the resolution of cow’s milk allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2011; 128: 125-131 
  • Kleine-Tebbe J, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Keine Empfehlung für IgG- und IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel. Allergo J. 2009; 18: 267–273 
  • Laktose. Ernährungs-Umschau 52 (2005) Heft 5; 201-202 
  • Laktoseintoleranz. Ernährungs-Umschau 50 (2003) Heft 10; 408-409
  • Leonard SA, Sampson HA, Sicherer SH et al: Dietary baked egg accelerates resolution of egg allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2012; 130: 473-480 
  • Perkin MR, Logan K, Tseng A et al: Randomized Trial of Introduction of Allergenic Foods in Breast-Fed Infants. N Engl J Med 2016; 374: 1733-1743 
  • Reese I, Ballmer-Weber B, Beyer K et al: Vorgehen bei Verdacht auf Unverträglichkeit gegenüber oral aufgenommenem Histamin. Leitlinie der DGAKI, GPA und ÄDA. Allergo Journal 2012; 21: 22–28 
  • Reese I, Schäfer C: Ernährungstherapie in der Allergologie. 2. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München-Deisenhofen 2012 
  • Reese I, Schäfer C, Werfel T, Worm M: Diätetik in der Allergologie. 4. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München – Orlando 2013 
  • Reese I: Diagnostisches und therapeutisches Vorgehen bei zwei populären, aber sehr unterschiedlichen Nahrungsmittelunverträglichkeiten: Fructosemalabsorption und Histaminintoleranz. Therapeutische Umschau 2015; 69:231-237 
  • Reese I: Update Lebensmittelallergien. Ernährungs Umschau 6-2016; M338-346 
  • Schäfer C, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Fructosemalabsorption. Stellungnahme der AG Nahrungsmittelallergie in der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI). Allergo Journal 2010;19: 66-69 
  • Schäfer T, Bauer CP, Beyer K et al: S3-Leitlinie Allergieprävention – Update 2014. Leitlinie der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI) und der Deutschen Gesellschaft für Kinder- und Jugendmedizin (DGKJ).  Allergo Journal Int 2014; 23: 186-199 
  • Schäppi G: aha! Allergiezentrum Schweiz. Zukunftskrankheit Allergie. Power Point. Bildungszentrum Gesundheit Basel Stadt 5.4.2014 
  • Steinmüller R: Lebensmittelallergene im Porträt. Teil 1: Einführung in das Thema Lebensmittelallergene. Ernährungs Umschau 10-2015; S39-S42 
  • Zuberbier T et al: Prevalence of adverse reactions to food in Germany – a population study. Allergy 2004. 59: 338–345

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recommander
Imprimer