Communiqué de presse – Marché du lait

Beaucoup de swissness dans les fourrages grossiers : la pro­duc­tion laitière réduit le gas­pillage ali­men­taire!

25.09.2018 – Une étude de la Fédération des Producteurs Suisses de Lait FPSL montre qu'en Suisse, les animaux consommant des fourrages grossiers sont nourris pour 91,6 % avec des aliments indigènes et pour 86,6 % avec des fourrages grossiers indigènes. La Suisse se situe donc à la pointe en comparaison internationale. Cet avantage lié aux conditions géographiques ne pourra être maintenu qu'avec une surface suffisante disponible pour la production de fourrages grossiers. Seul 8,4 % des aliments fourragers sont importés, dont la moitié environ sont des sous-produits de la fabrication de denrées alimentaires.

La Suisse est un pays d'herbages et un château d'eau, dont les conditions géographiques sont adaptées à la production laitière. Il est donc tout à fait pertinent que la base de l'alimentation du bétail soit constituée de fourrages grossiers suisses. Toutefois, si la manière d'affourrager peut apparaître compliquée au profane, en y regardant de plus près, on constate que l'élevage des vaches laitières a des aspects encore plus positifs.

Fourrage suisse pour les animaux consommant des fourrages grossiers
Les animaux consommant des fourrages grossiers (soit principalement les vaches laitières, les veaux, les génisses, les moutons, les chèvres et les chevaux) mangent pour 91,6 % du fourrage de provenance suisse, dont la plus grande part, soit 86,6 %, est constituée de fourrages grossiers. Les fourrages grossiers étrangers atteignent 2,2 %, soit un très faible pourcentage. Il apparaît donc évident qu'en Suisse la production de fourrages grossiers doit être maintenue, voire encouragée. La Confédération peut créer des incitations par des adaptations adéquates des contributions au système de production, ainsi qu'à la production de lait et de viande basée sur les herbages (PLVH) dans la future PA22+.

Les vaches laitières empêchent le gaspillage alimentaire
La fabrication de denrées alimentaires à base de céréales engendre des sous-produits d'extraction qui gardent toute leur valeur nutritive et sont utilisés dans l'alimentation animale. Les concentrés (environ 10 % de la ration totale) affouragés aux vaches laitières contiennent environ 6,4 % de sous-produits d'extraction provenant de la production de denrées alimentaires. Cette matière première précieuse peut ainsi être utilisée dans l'affouragement du bétail laitier et ne pas être éliminée, ce qui contribue activement à réduire le gaspillage alimentaire. D'après le réseau suisse pour le soja, 96 % du soja et des tourteaux de soja proviennent de cultures durables et certifiées (réseau suisse pour le soja).

Animaux de compagnie consommant des fourrages grossiers et des concentrés
Il y a aussi des animaux de compagnie et des animaux de zoo qui sont nourris avec des fourrages grossiers. Les chevaux déclarés comme animaux de compagnie, les rongeurs et les animaux de zoo consomment environ 2 % des aliments fourragers importés, sans que cela ait un impact sur l'alimentation humaine et l'approvisionnement en denrées alimentaires.

Ren­sei­gne­ments

Thomas Reinhard
Projets et support
031 359 54 82

Reto Burkhardt
chef de la communication de la FPSL
079 285 51 01

Recommander
ImprimerImprimer