Communiqué de presse – Politique laitière

Ré­or­ga­ni­sa­tion d'Agro­scope: position de la branche laitière

12.05.2016 – Dans une lettre adressée au chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), la branche laitière a fait état des prestations qu'elle attend, à l'avenir aussi, de la part d'Agroscope, l'institution de recherche et de prestations de la Confédération pour le secteur agroalimentaire.

Comme l'a annoncé la direction d'Agroscope, les quatre instituts et 19 divisions de recherche actuels seront supprimés au 1er janvier 2017 pour être remplacés par dix unités nouvellement créées. On lit entre les lignes que la recherche doit prendre une orientation plus internationale et que les partenariats de longue date avec la branche laitière suisse (partenariats public-privé, PPP) auront moins d'importance.
Au cours des deux dernières décennies, l'agriculture et l'économie laitière suisses ont été de plus en plus exposées au marché international en raison de l'ouverture continue des frontières. Dans ce contexte, la production durable de lait et de produits laitiers de haute qualité représente un atout pour perdurer sur le marché. Agroscope fournit d'importantes prestations de soutien à l'économie laitière suisse, à savoir:

  • Le maintien et le développement du savoir-faire en matière de production fourragère basée sur des plantes adaptées aux conditions locales, de conservation du fourrage et d'affouragement du bétail bovin conformément aux besoins des animaux et à des critères de rentabilité.
  • La recherche dans le domaine du fromage et la fabrication de cultures pour la production de fromage. S'agissant de la fabrication de spécialités fromagères, le leadership en matière de qualité est essentiel pour pouvoir subsister sur le marché. L'alliance, unique au monde, entre recherche et pratique permet de garder cette position et de soutenir de façon déterminante le développement de produits laitiers innovants.
  • L'assurance qualité à l'échelon de la production et de la transformation du lait, sur la base de technologies éprouvées et nouvelles. Étant donné les particularités de la production suisse (p. ex. rations basées sur l'herbe et les fourrages grossiers, races de vaches en partie différentes), il est essentiel que la Suisse dispose d'un laboratoire de référence indépendant.
  • Le contrôle permanent de l'innocuité des produits répond à une demande tant de l'économie laitière que des consommateurs.

Dans ce contexte, la branche laitière a pris acte avec inquiétude de la réorganisation annoncée d'Agroscope. Le risque existe que des collaborateurs hautement qualifiés quittent Agroscope et, par conséquent, qu'un savoir-faire élaboré durant de longues années soit irrémédiablement perdu.
Vu la baisse des budgets, l'économie laitière craint que les moyens financiers proviennent de plus en plus de fonds de recherche internationaux. Dès lors, on perdrait inévitablement le lien entre les nouvelles unités de recherche et les centres de compétences chargés de chercher des solutions pour la pratique. Le caractère unique de la recherche agricole et, en conséquence, l'utilité d'Agroscope pour la branche sont en jeu.
La branche laitière demande à Johann Schneider-Ammann, président de la Confédération et chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR), de tenir compte de ces préoccupations et d'influencer la réorganisation de telle sorte que les prestations uniques fournies jusqu'ici par Agroscope à la branche laitière et aux consommateurs soient maintenues.

Ren­sei­gne­ments

Kurt Nüesch
directeur de la FPSL
031 359 52 11  /  079 661 41 59

Jacques Gygax
directeur de Fromarte
031 390 33 30  /  079 209 41 49

Lorenz Hirt
directeur de VMI
031 356 21 21  /  079 685 35 75

Ce com­mu­niqué de presse en version té­lé­char­geable

Réorganisation d'Agroscope: position de la branche laitière (PDF, 77 KB)
Recommander
Imprimer