ch sign

Pro­téines du laitAllergie chez le nour­ris­son

L'allergie au lait de vache est plus précisément une allergie à certaines protéines contenues dans le lait. Elle touche presque uniquement les nourrissons. L'allergie peut être traitée et disparaît souvent avec l'âge.

L'allergie au lait chez le nourrisson se soigne.

Bon à savoir:

  • Les nourrissons et les jeunes enfants sont presque les seuls touchés.
  • Un contrôle chez le médecin est nécessaire.
  • Les chances de guérison sont bonnes.
  • L'allergie aux protéines du lait n'est pas une intolérance au lactose.

Les al­ler­gènes du lait

Le lait de vache contient des allergènes comme la caséine (80 % des protéines totales) et les protéines du lactosérum: l'alpha-lactalbumine et la bêta-lactoglobuline. La caséine est présente dans le lait de toutes les espèces animales, donc aussi dans les laits de chèvre, de brebis et de jument. L'alpha-lactalbumine et la bêta-lactoglobuline, pour leur part, ne se trouvent que dans le lait de vache. La plupart des enfants concernés ne réagissent pas à une protéine en particulier, mais à plusieurs allergènes du lait. Voilà pourquoi il leur faut presque toujours éviter tout lait animal.

Exception

Si votre enfant est allergique à l'alpha-lactalbumine ou à la bêta-lactoglobuline, mais pas à la caséine, il peut supporter du lait de vache cuit ou utilisé en pâtisserie, comme dans la tresse, ainsi que le fromage et le yogourt. Cela doit toutefois être défini avec un spécialiste.

Pourquoi les nour­ris­sons?

Les protéines du lait sont les premières protéines de source extérieure avec lesquelles un bébé entre en contact. L'allergie aux protéines du lait est l'allergie alimentaire la plus répandue chez les nourrissons: 2 à 3 % des enfants sont touchés. Avec la maturation de la muqueuse intestinale, l'allergie disparaît chez environ 50 % des enfants avant l'âge de 12 mois et chez 90 % avant l'âge d'entrer à l'école.

Symp­tômes de l'al­ler­gie au lait

Une allergie aux protéines du lait peut déclencher des réactions immédiates (dans les 2 heures suivant l'ingestion) telles qu'éruptions cutanées et démangeaisons, difficultés respiratoires, voire un choc anaphylactique. Les réactions peuvent aussi apparaître plus tard (après 6 à 48 heures et jusqu'à une semaine) et touchent le plus souvent le système digestif (coliques, diarrhée, p. ex.). Dans tous les cas, la consultation chez un spécialiste s'impose.

Diag­nos­tic par un médecin

Diagnostiquer une allergie aux protéines du lait de vache n'est pas facile. En effet, il en existe différents types, et les symptômes sont multiples. Il convient donc de consulter un spécialiste et de se faire conseiller. Selon la gravité de l'allergie, votre enfant devra renoncer longtemps aux produits laitiers. Un spécialiste effectue ensuite un test afin de décider si les produits laitiers peuvent être réintroduits dans l'alimentation, ou s'il faut poursuivre l'exclusion (de 6 à 12 mois). Votre enfant devra bannir les produits laitiers jusqu'à ce que l'allergie disparaisse.

Pro­téines du lait ou lactose?

Il peut y avoir une certaine confusion entre l'allergie aux protéines du lait et l'intolérance au lactose, deux réactions pathologiques aux denrées alimentaires avec des symptômes semblables. L'intolérance au lactose est l'incapacité à digérer le sucre du lait et apparaît surtout chez l'adulte. Dans ce cas, une exclusion des produits laitiers n'est pas nécessaire; il suffit de modifier son alimentation.

Vous avez des ques­tions?

Susann Wit­ten­berg

BSc en écotrophologie
Téléphone 031 359 57 57
nutrition@swissmilk.ch

Regula Thut Borner

Diététicienne dipl. ES
Téléphone 031 359 57 58
nutrition@swissmilk.ch

Réactions pathologiques aux denrées alimentaires:

  • aha! Centre d’Allergie Suisse: Brochure La prévention des allergies. Berne 2016 
  • Biesalski HK et al: Ernährungsmedizin. 4. Auflage. Thieme Verlag. Stuttgart 2010 
  • Bonifer R: Glutensensitivität, Weizenallergie oder Zöliakie? Pädiatrie 2-2016; 11-13 
  • Bundesamt für Gesundheit BAG: Allergene in Lebensmitteln: gut informiert. Bern 2011 
  • Constien A, Reese I: Lebensmittelallergien. Grundlagen, Diagnose, Therapie. Ernährungs Umschau 3-2007: 146–153 
  • D’Urbano LE, Pellegrino K, Artesani MC et al: Performance of a component-based allergen-microarray in the diagnosis of cow’s milk and hen’s egg allergy. Clinical & Experimental Allergy 2010; 40: 1561–1570 
  • Dürr E: Kuhmilchproteinallergie im Säuglings- und Kindesalter. Pädiatrie 2-2016; 15-19 
  • EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA): Scientific Opinion on lactose thresholds in lactose intolerance and galactosaemia. EFSA Journal 2010; 8:1777 
  • Eurpean Academy of Allergy and Clinical Immunulogy EAACI: Food Allergy and Anaphylaxis Guidelines. Online www.eaaci.org 2016 
  • European Academy of Allergology and Clinical Immunology EAACI: IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel werden nicht zur Diagnostik empfohlen. Positionspapier. Ins Deutsche übersetzte Fassung der englischen Originalpublikation in Allergy 2008; 63: 793–796. Springer Medizin 2009 
  • Kasper H: Ernährungsmedizin und Diätetik. 12. Auflage. Elsevier Verlag. München 2014 
  • Kim JS, Nowak-Wegrzyn A, Sicherer SH et al: Dietary baked-milk accelerates the resolution of cow’s milk allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2011; 128: 125-131 
  • Kleine-Tebbe J, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Keine Empfehlung für IgG- und IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel. Allergo J. 2009; 18: 267–273 
  • Laktose. Ernährungs-Umschau 52 (2005) Heft 5; 201-202 
  • Laktoseintoleranz. Ernährungs-Umschau 50 (2003) Heft 10; 408-409
  • Leonard SA, Sampson HA, Sicherer SH et al: Dietary baked egg accelerates resolution of egg allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2012; 130: 473-480 
  • Perkin MR, Logan K, Tseng A et al: Randomized Trial of Introduction of Allergenic Foods in Breast-Fed Infants. N Engl J Med 2016; 374: 1733-1743 
  • Reese I, Ballmer-Weber B, Beyer K et al: Vorgehen bei Verdacht auf Unverträglichkeit gegenüber oral aufgenommenem Histamin. Leitlinie der DGAKI, GPA und ÄDA. Allergo Journal 2012; 21: 22–28 
  • Reese I, Schäfer C: Ernährungstherapie in der Allergologie. 2. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München-Deisenhofen 2012 
  • Reese I, Schäfer C, Werfel T, Worm M: Diätetik in der Allergologie. 4. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München – Orlando 2013 
  • Reese I: Diagnostisches und therapeutisches Vorgehen bei zwei populären, aber sehr unterschiedlichen Nahrungsmittelunverträglichkeiten: Fructosemalabsorption und Histaminintoleranz. Therapeutische Umschau 2015; 69:231-237 
  • Reese I: Update Lebensmittelallergien. Ernährungs Umschau 6-2016; M338-346 
  • Schäfer C, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Fructosemalabsorption. Stellungnahme der AG Nahrungsmittelallergie in der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI). Allergo Journal 2010;19: 66-69 
  • Schäfer T, Bauer CP, Beyer K et al: S3-Leitlinie Allergieprävention – Update 2014. Leitlinie der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI) und der Deutschen Gesellschaft für Kinder- und Jugendmedizin (DGKJ).  Allergo Journal Int 2014; 23: 186-199 
  • Schäppi G: aha! Allergiezentrum Schweiz. Zukunftskrankheit Allergie. Power Point. Bildungszentrum Gesundheit Basel Stadt 5.4.2014 
  • Steinmüller R: Lebensmittelallergene im Porträt. Teil 1: Einführung in das Thema Lebensmittelallergene. Ernährungs Umschau 10-2015; S39-S42 
  • Zuberbier T et al: Prevalence of adverse reactions to food in Germany – a population study. Allergy 2004. 59: 338–345

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recommander
Imprimer