Prix du laitSur­veillance du prix du lait

Dans le cadre de la surveillance du prix du lait, la FPSL publie chaque mois des statistiques reflétant les prix du lait par acheteur et par variété de fromage.

Aperçu des prix du lait

La FPSL publie chaque mois sur son site Internet une synthèse des prix du lait analysés. Les annonceurs du prix du lait reçoivent quant à eux un rapport complet sur les prix du lait, avec des graphiques supplémentaires et des tableaux détaillés par acheteur et par variété fromagère.

Le dernier rapport de la sur­veillance du prix du lait

Rapport pour le mois d'octobre 2018 (PDF, 462 KB)

Prix du lait fluc­tuants en 2018

com­men­taire du marché du 21 décembre 2018

Il y a environ une année et demie, le prix du lait de centrale en Suisse a chuté à un niveau qui n’avait plus été atteint depuis les années 1960. La surveillance du prix du lait de la Fédération des Producteurs Suisses de Lait (FPSL) a enregistré un prix standardisé producteur (PSP) – quantité annuelle 180 000 kilos, teneur en matière grasse de 40 grammes, protéine par kilo de lait de 33 grammes – de 52,9 centimes en mars 2017 (moyenne des douze mois précédents R12). Depuis, le prix remonte doucement la pente. En octobre 2018, le PSP R12 a augmenté de 4 centimes pour atteindre 56,9 centimes, soit une hausse de 2,5 centimes par rapport à octobre 2017. Les prix bas de 2016 et 2017 sont liés à un accroissement de la production laitière et de la quantité de lait C. Quant à l’augmentation du prix au printemps 2017, elle était principalement due au recul de la production et de la quantité de lait C. L’amélioration du taux de change CHF-euro à partir de juillet 2017 a également eu un effet favorable. À l’automne 2017, c’est surtout la hausse de 3 centimes du prix indicatif A qui a permis une augmentation des prix.

Différences de prix considérables

En Suisse, les prix du lait varient fortement en fonction du mode de production (affouragement avec ou sans ensilage, bio ou PER, etc.) ou de l’acheteur. S’agissant du lait de centrale, l’écart entre le prix le plus bas et le prix le plus élevé (PSP R12) se montait à 7,3 centimes en octobre. Les fournisseurs de la laiterie Lanz ont reçu 61,4 centimes, ceux de Milco, 53,9 centimes. Les acheteurs de premier échelon offrant des prix élevés transforment majoritairement des produits pour le marché suisse.

Le prix moyen payé pour le lait de fromagerie en septembre 2018 s’élevait à 72,4 centimes (hors supplément de non-ensilage). En moyenne, la production sans ensilage a rapporté 18,3 centimes de plus que le lait de centrale. Le lait de fromagerie connaît des écarts encore plus importants que le lait de centrale, que ce soit entre les différentes variétés de fromage qu’entre les diverses fromageries d’une même variété. Avec 79,6 centimes, le Gruyère AOP et le Vacherin Fribourgeois AOP enregistrent les prix les plus élevés. Les fournisseurs des fromageries Emmentaler AOP ont obtenu 63,7 centimes.
Au cours des douze derniers mois, le lait de centrale bio a rapporté 82 centimes. En août 2017, le prix a été augmenté de 3 centimes. La production (conversion au bio) et les ventes ont progressé en 2018.

Répercussion variable sur les prix

La hausse de 2,5 centimes du prix du lait de centrale entre octobre 2017 (PSP R12) et octobre 2018 n’a pas été appliquée de la même manière partout. ELSA, mooh et Strähl ont procédé à une hausse supérieure à la moyenne. Les entreprises Aaremilch, Arnold, LRG, Thurmilch et Züger se situent dans la moyenne. Quant à Cremo, Emmi, FTPL, Fuchs-Imlig, Lanz, Milco, Schwyzer Milchhuus et ZMP, elles ont augmenté leur prix d’un montant inférieur à la moyenne suisse.

Le prix ELSA est particulier, car il ne représente qu’une petite partie du lait acquis par ELSA. En effet, d’importantes quantités de lait ne sont pas achetées auprès des fournisseurs directs, mais par le biais du commerce du lait. Certains acheteurs sont davantage dépendants de l’exportation et de la régulation, ce qui a un fort impact sur leurs prix.

Nous cherchons des annonceurs de prix

La FPSL fonde sa surveillance du prix du lait sur les décomptes de la paie du lait que lui fournissent certains producteurs mensuellement. Elle garantit l’anonymat et le traitement confidentiel des données aux annonceurs, récompense leur collaboration par un beau cadeau et leur fournit des informations sur les prix du lait. La fédération cherche de nouveaux annonceurs pour les acheteurs de premier échelon suivants : Aaremilch, Arnold, Cremo, Elsa, Milco, Strähl, Züger, pour les petites et moyennes laiteries (p. ex. Lanz, Fuchs), pour tous les acheteurs de premier échelon de lait bio, ainsi que pour les interprofessions Sbrinz AOP, Tête de Moine AOP, Vacherin Fribourgeois AOP et tous les fromages au lait bio. Plus d’informations sur www.swissmilk.ch/prixdulait.

Recommander
ImprimerImprimer