Notre environnement

L'écobilan du lait suisse est bon

back to top
Notre environnement

L'écobilan du lait suisse est bon

On entend habituellement que le lait affiche un mauvais bilan écologique. Or, un examen approfondi de son écobilan prouve le contraire. Les amateurs de lait n'ont pas à avoir mauvaise conscience.

L'écobilan: un outil de comparaison

Les produits d'origine animale tels que le lait, le beurre ou la viande ont souvent mauvaise presse. Par comparaison avec d'autres, ils nécessitent en effet d'importantes ressources. On mesure l'impact environnemental de la production à l'aide de l'écobilan, ou bilan écologique. Cette méthode permet aussi de comparer les denrées alimentaires entre elles. L'élément déterminant est l'adéquation d'un lieu avec la production d'une denrée alimentaire. Or, le lait et la Suisse vont bien ensemble.

Énergétiquement parlant, seuls quelques endroits en Europe permettent une production de lait plus avantageuse qu'en Suisse.

Comment fonctionne l'écobilan

L'écobilan (ou analyse du cycle de vie) évalue les impacts environnementaux générés par un produit pendant tout son cycle de vie. Autrement dit, il tient compte de l'obtention de la matière première, de la transformation, du transport, de l'utilisation et de l'élimination. Est mesuré tant l'impact direct, par exemple l'eau et l'énergie nécessaires, que l'impact indirect, comme l'incidence des fourrages étrangers. L'écobilan permet à tous les maillons de la chaîne de valeur de procéder à des améliorations ciblées pour protéger l'environnement et d'adapter leurs propres actions. Dans l'agriculture cependant, la pertinence de l'écobilan est limitée: on ne tient par exemple pas compte des effets des cycles des matières.

L'écobilan permet à tous les maillons de la chaîne de valeur de procéder à des améliorations ciblées pour protéger l'environnement.

L'écobilan permet à tous les maillons de la chaîne de valeur de procéder à des améliorations ciblées pour protéger l'environnement.

En harmonie avec la nature

Malgré tout, le lait suisse ne doit pas craindre la comparaison. La production laitière est parfaitement adaptée à la Suisse. Ceci pour de multiples raisons évidentes. Les vertes prairies et les champs aux contours nets qui façonnent le paysage ne sont pas seulement dignes d'une carte postale: ils fournissent une base fourragère idéale à nos vaches. Ainsi, les vaches suisses mangent principalement de l'herbe, du trèfle et des autres plantes indigènes à haute valeur nutritive, réduisant la part de concentrés importés de l'étranger à moins de 10% de leur alimentation. Par ailleurs, nos prairies se développent presque sans irrigation grâce aux précipitations abondantes; dans le château d'eau qu'est la Suisse, plus de 90% de l'eau utilisée pour la production laitière est de l'eau de pluie.

Notre environnement

Un château d'eau

Notre environnement

Que mangent nos vaches laitières?

On n'y pense pas toujours, mais la petite taille de la Suisse est un facteur essentiel. Les trajets sont courts, et le lait passe très rapidement du paysan au transformateur avant de finir dans le verre du consommateur. À cet avantage s'ajoutent les exigences élevées que les paysans suisses doivent respecter au quotidien. 90% d'entre eux produisent conformément aux prestations écologiques requises (PER), qui assurent non seulement un niveau élevé de bien-être animal, mais aussi une production écologique. Dit sans ambages: seuls quelques endroits en Europe permettent une production de lait plus avantageuse qu'en Suisse énergétiquement parlant.

Notre environnement

Des producteurs soucieux de l'environnement

Notre environnement

Le parcours du lait de l'étable à la table

  • Sources