Notre environnement

Du pré au verre: vaches et cycle des nutriments

back to top
Notre environnement

Du pré au verre: vaches et cycle des nutriments

L'herbe, matière première la plus abondante en Suisse, n'est pas comestible pour nous les humains. Au travers du lait, les vaches nous donnent accès à ses précieux nutriments.

Les humains ne mangent pas d'herbe

En Suisse, près des deux tiers de la surface agricole utile ne se prêtent pas aux grandes cultures. En revanche, 8 à 10 millions de tonnes d'herbages de grande valeur nutritionnelle poussent sur les prairies et pâturages de plaine ou d'alpage. Contrairement à d'autres plantes utiles, cette précieuse ressource n'est malheureusement pas comestible pour l'être humain. Aussi avons-nous besoin des animaux pour accéder aux nutriments des herbages qui couvrent la Suisse.

Notre environnement

Qu'est-ce qu'un "pays d'herbages"?

Les prés suisses: parfaits pour la production laitière

Heureusement, nous pouvons compter sur nos vaches. Les herbages suisses constituent pour elles l'alimentation de base idéale et représentent environ 80% de leur fourrage. De l'ensilage, du foin et quelques concentrés viennent compléter cette nourriture, surtout en hiver. En été, une vache broute jusqu'à 80 kilos d'herbe et boit jusqu'à 100 litres d'eau par jour. Digérer toute cette herbe n'est pas une mince affaire. Alors que nous en serions parfaitement incapables, les bovins font des merveilles grâce à leurs quatre estomacs. La digestion des bovins est expliquée en détail à la page "Les vaches et leur ingénieux système digestif".

Notre environnement

Que mangent nos vaches laitières?

Nos vaches

Comment la vache digère-t-elle l'herbe?

Valoriser les nutriments suisses

La vache utilise les nutriments des herbages digérés pour produire du lait. La matière grasse, le lactose, les protéines, les vitamines et les minéraux contenus dans le lait sont de précieux nutriments ainsi mis à notre disposition. Une vache suisse produit en moyenne 20 à 25 litres de lait par jour: chaque litre est le fruit d'un long processus de digestion grâce auquel les herbages suisses sont valorisés. On peut ainsi tirer 38 kilos de beurre ou 500 kilos de fromage Appenzeller d'un demi-hectare de prairies. Les vaches sont donc les championnes pour valoriser la matière première suisse.

Les vaches sont les championnes pour valoriser la matière première suisse.

Nos vaches laitières: des animaux qui valorisent la valeur première suisse.
Nos vaches laitières: des animaux qui valorisent la valeur première suisse.

Boucler la boucle

Seuls 10 à 20% des nutriments ingérés par la vache sont transformés en lait. La majeure partie est éliminée dans l'urine et les excréments. Ceux-ci retournent dans les prés sous forme de lisier: le cycle des nutriments est ainsi bouclé. Le lisier fait office d'engrais naturel et rend au sol les nutriments puisés dans l'herbe, les trèfles et les autres plantes. Nos agriculteurs sont attachés au fait de ne pas perturber le fonctionnement naturel du cycle des nutriments. Les nutriments qui ont quitté le cycle sous la forme de lait doivent donc y être réintroduits pour ne pas appauvrir à terme les surfaces herbagères. En utilisant des engrais complémentaires ou en distribuant aux animaux des aliments concentrés, les agriculteurs font en sorte que les prairies continuent de pourvoir la Suisse de nutriments essentiels – grâce aux vaches.