Histoires de fermes

Un troupeau zen grâce à la liberté de mouvement

back to top
Histoires de fermes

Un troupeau zen grâce à la liberté de mouvement

La ferme Tanner-Schwarz a déjà vu grandir plusieurs reines de beauté. Mais pour les agriculteurs de Steffisburg, le bien-être animal prime sur la réussite. La nouvelle étable en est la preuve.

Histoires de fermes

Aujourd'hui, nous nous rendons à la ferme de la famille Tanner-Schwarz. La famille paysanne de Steffisburg gère son exploitation selon les directives d'IP-SUISSE. Pour en savoir plus sur le label: www.ipsuisse.ch

Un toit protecteur

Les nuages s'amoncellent au-dessus du Niesen. Peu à peu, ils engloutissent la montagne thounoise. L'orage se prépare. Le tonnerre roule et les premières gouttes de pluie s'écrasent sur le toit de l'étable. Mais les vaches sont déjà à l'abri. En effet, lorsque les journées sont chaudes, les bovins optent pour la fraîcheur de leur étable. "Au-delà de 25°C, les animaux préfèrent l'ombre", nous apprend Andrea Tanner, l'agricultrice de 39 ans qui gère une exploitation mixte de cinquième génération à Steffisburg (BE).

Andrea a fait de bonnes expériences avec la stabulation libre
Andrea a fait de bonnes expériences avec la stabulation libre

Particulièrement respectueux des animaux

Il y a trois ans, la famille Tanner-Schwarz a construit une nouvelle étable. Depuis, leurs 35 vaches jouissent d'une plus grande liberté de mouvement. C'est-à-dire lorsqu'elles ne sont pas dehors occupées à brouter les huit hectares d'herbages de l'exploitation. La famille paysanne a troqué sa vieille étable à stabulation entravée pour de spacieuses installations. Ce nouvel hébergement des bovidés, qui répond aux exigences du programme de bien-être animal SST, est un système de stabulation particulièrement respectueux des animaux en vertu des directives de la Confédération. Les vaches peuvent s'y mouvoir librement, disposent de logettes avec litière et profitent de l'air pur grâce à une construction ouverte.

Une meilleure dynamique de groupe

Ce choix de stabulation est tendance. Plus de la moitié des producteurs de lait suisses misent déjà sur le programme SST. "Chaque système de stabulation a ses avantages et ses inconvénients", explique Andrea Tanner. Puis de se réjouir: "Mais nous avons fait de bonnes expériences avec la stabulation libre. Les animaux sont en meilleure forme et nettement plus calmes lorsqu'ils se rendent au pâturage." Une ombre au tableau? "Dans la nouvelle étable, la hiérarchie du troupeau est plus marquée", concède l'agricultrice, qui veille à ce que les vaches de rang inférieur reçoivent aussi leur dû.

Tout le fourrage de base est fait maison.

Tout le fourrage de base est fait maison.

Une question de caractère

Au sein du troupeau, c'est Flavia, la vache dominante de 11 ans, qui mène le bal. "Elle est un peu têtue, mais c'est une bonne pâte", remarque Andrea. Le fils de cette dernière participe déjà à la traite et ses sœurs apprécient la proximité des animaux. "C'est pourquoi il m'importe que nos vaches soient sociables", souligne l'agricultrice. Outre les critères fonctionnels tels que la performance laitière et la robustesse, le caractère joue également un rôle crucial dans la sélection des animaux pour l'élevage.

Fière de "Miss Steffisburg"

De nombreuses plaquettes témoignent du succès de la famille Tanner-Schwarz. "Miss Steffisburg", "Miss Schöneuter" ("Miss Beau Pis", en français), "Miss Lifetime Achievement" et d'autres distinctions reluisent sur la façade de la ferme trois fois centenaire. "Ces récompenses nous ravissent, mais nous ne sommes pas des éleveurs acharnés", concède Andrea Tanner. Le troupeau se compose à parts égales de Holstein et de Red Holstein. Les vaches ne portent plus de cornes depuis que l'une d'elle a subi une blessure au pis. Après cet accident, on n'a plus voulu prendre de risque, d'autant plus qu'un système à stabulation libre augmenterait les risques de blessures.

La famille Tanner-Schwarz, éleveurs à succès.

La famille Tanner-Schwarz, éleveurs à succès.

Un processus de traite amélioré

La marque de la nouvelle étable? "Construction maison." Kurt, le mari d'Andrea et gérant de l'exploitation, est charpentier de formation. La planification du nouveau bâtiment a dû prendre en compte des défis logistiques: "La traite et l'affourragement dans l'ancienne étable n'étaient pas très efficients. Nous y consacrions presque toute la matinée", déclare Andrea. Aujourd'hui, tout va plus vite. Un système de sas conduit les vaches de la stabulation libre à la salle de traite, où officient quatre machines à traire. La famille a aussi envisagé l'achat d'un robot de traite, mais est arrivée à la conclusion qu'une telle acquisition n'était pas rentable pour leur troupeau. La paysanne le concède, elle n'aurait pas volontiers laissé un robot se charger de cette tâche: "Quand on s'assied chaque jour à côté d'une vache pour la traire, il est plus facile de percevoir comment elle se porte".

Un magasin à la ferme populaire

Les 35 vaches laitières produisent chaque jour quelque 500 litres de lait. Les trois quarts sont destinés à l'industrie laitière, et la famille Tanner-Schwarz vend le reste dans son magasin de ferme. La crise sanitaire liée au coronavirus a généré une nouvelle clientèle pour l'échoppe, de nombreuses personnes préférant éviter les grands distributeurs. Sous la pluie battante de cet après-midi, les clients se succèdent au magasin. L'offre est dans l'air du temps, comme le note Andrea Tanner: "Moins de 100 mètres jusqu'au consommateur, cela parle aux gens". Pommes de terre, céréales, colza, légumes et fruits sont cultivés sur les 18 hectares de la ferme. Sans oublier le fourrage de base pour les animaux, intégralement produit sur place. Le tout conformément aux directives d'IP-SUISSE.

Le magasin de ferme écoule un quart de la production laitière
Le magasin de ferme écoule un quart de la production laitière

Qu'est-ce qui fait un bon lait?

Andrea nous verse un café au lait en nous expliquant ce qui fait un bon lait. La maîtresse du domaine laitier est technologue du lait de formation. Elle connaît les critères de la filière sur le bout des doigts: un faible nombre de germes garantit l'hygiène, le nombre de cellules somatiques donne des indications sur la santé de l'animal, et l'absence de substances inhibitrices permet d'exclure l'utilisation d'antibiotiques. En outre, un point de congélation situé en-dessous de zéro permet de s'assurer que le lait n'a pas été dilué.

Des granules pour le bien-être animal

Ce qui ne peut pas être mesuré, c'est le bien-être des vaches. "Le plus important, c'est de bien observer les animaux", indique Andrea Tanner. Pour promouvoir la santé de ses bêtes, l'agricultrice mise sur la médecine alternative. Elle a suivi une formation en homéopathie et acquiert actuellement de l'expérience dans le domaine. Les "granules" ont surtout fait leurs preuves lors des naissances, relate-t-elle. La vue imprenable sur les montagnes de l'Oberland bernois fait le reste pour le bien-être des animaux. L'orage est passé. Le Niesen s'illumine sous les rayons du soleil couchant.

Nos vaches

Au menu d'une vache laitière

Nos vaches

Lois strictes pour le bien-être des vaches

Le plus important, c'est de bien observer les animaux.

Andrea Tanner, agricultrice