Af­fou­ra­ge­ment & élevagePro­duc­tion laitière

L'affouragement et les conditions de détention des animaux sont déterminants pour que les animaux fournissent des performances élevées. À cet égard, il est nécessaire d'observer les animaux, d'interpréter correctement les signes et de prendre les mesures adéquates.

Élever et af­fou­ra­ger ses animaux dans les règles de l'art

Un troupeau bien soigné ne réjouit pas que son propriétaire.

Une alimentation adaptée est la base de la bonne santé et de la performance des animaux. Une étable propre, bien aérée, spacieuse et claire, offrant des logettes sèches, constitue la base d'une détention dans les règles. Un climat optimal et une bonne hygiène de l'étable, ainsi que des animaux en bonne santé et bien soignés sont essentiels à une production laitière qualitative et rentable. Il est nécessaire d'observer chaque jour les animaux, d'interpréter correctement les signes et de prendre les mesures adéquates. Le lait de qualité insuffisante ne peut être commercialisé. Des contrôles réguliers de la mamelle permettent d'assurer la production d'un bon lait, pauvre en cellules. En cas de besoins, on peut recourir aux médicaments vétérinaires de manière ciblée et adéquate.

In­for­ma­tions tech­niques

Informations à télécharger ci-dessous. De nouveaux articles sont ajoutés périodiquement.

Quelle: UFA REVUE, 9-2016

MALADIE INFECTIEUSE Maladie de Mortellaro ou dermatite digitee, la maladie infectieuse des onglons la plus repandue en Suisse porte plusieurs noms. Cette maladie bacterienne continue a progresser dans notre pays et engendre des couts eleves pour les exploitations agricoles.

Source: REVUE UFA, 4-2016

L'optimum economique: La fécondité des vaches laitières est un enjeu primordial pour les exploitations. Le tiers des réformes sont liés aux troubles de fécondité. Ces dernières années, la tendance est plutôt à une dégradation de la fécondité. Mais dans certains cas, comme nous l'exposerons pour l'intervalle entre les vêlages, l'impact n'est pas toujours négatif pour l'exploitation.

Source: REVUE UFA, 5-2016

Phase de tarissement: Dans la plupart des exploitations, les vaches sont taries environ 60 jours avant le vêlage. Il est aussi possible de ne jamais procéder au tarissement. Ces deux méthodes présentent des avantagegs et inconvénients qu'il convient d'apprécier spécifiquement selon les exploitations.

Source: REVUE UFA, 7-8-2016

TROUBLES DE LA FERTILITÉ
Tout éleveur laitier a certainement déjà été confronté à des chaleurs permanentes ou des chaleurs silencieuses au sein de son troupeau. Ces "vaches a kystes" sont un problème: elles restent vides plus longtemps, leur taux de fécondite est plus faible et le traitement des kystes prend du temps et
coûte de l'argent.

Source: REVUE UFA, 1-2016

IDENTIFICATION DES CHALEURS 24 HEURES SUR 24
Beaucoup de travail et pas assez de temps à consacrer à I'observation. Les agriculteurs ont de moins en moins de temps pour observer consciencieusement leur troupeau en dehors des heures de traite, raison pour laquelle ils recourent toujours davantage à des outils techniques pour identifier les chaleurs.

Source: UFA-Revue 11-2012

La maladie de mortellaro est difficile à identifier au stade précoce. Les méthodes de lutte intervenant à un stade précoce réduisent fortement la charge de travail liée aux traitements. Dans les exploitations à problème, on recommande de combiner les traitements individuels et les pédiluves. Pour présenter un effet suffisant, un pédiluve doit être installé au bon endroit et avoir une taille adéquate.

Source: REVUE UFA, 6-2015

LES PROBLÈMES DE MAMMITES réduisent la qualité du lait livrable et augmentent les coûts de traitement des animaux. Une étude analyse les coûts résultant des problèmes de mammite et les mesures de prévention .

Source: Agri, 20-2-2015

Jusqu'à récemment, seul le hasard déterminait si le veau à naître serait un mâle ou une femelle. Aujourd'hui, grâce au sexage de la semence, les agriculteurs ont leur mot à dire. A la clé: plus d'efficacité et un élevage ciblé.

Source: REVUE UFA, 3-2015

SWISSHERDBOOK fête ses 125 ans d'existence en 2015. Ce jubilé est I'occasion d'analyser de plus près la génétique de la fédération d'élevage bovin . Le nombre d'animaux de herd-book des races Hoistein/Red Holstein a augmenté ces dernières décennies, Les vaches Simmental et Tachetée rouge disposent également d'un fort potentiei, surtout avec les conditions imposées par la politique agricole actuelle.

Source: Brochuere Proviande, 2014

Dans de nombreuses exploitations, la moitié des veaux nouveau-nés sont victimes de diarrhée ou de grippe bovine durant l‘élevage. Une telle recrudescence de maladies typiques des jeunes animaux est la plupart du temps causée par un manque de systématisation des méthodes de détention et d‘affouragement.

Source: Feuille Agroscope Transfer n°44, 10-2014

Un risque de gonflement prononcé de la panse (météorisation) des bovins va certainement de pair avec des conditions particulières pendant l’affouragement en vert.

Source: Revue UFA, 6-2014

Le contrôle des mammites peut être amélioré sur bon nombre
d'exploitations laitières. Appliquer les principes de la "bonne pratique agricole" peut sembler une charge de travail supplémentaire au premier abord. Mais cela en vaut la peine, vu I'importance économique qu'ont des tétines saines.

Source: L'ELEVEUR LAITIER, 2-2014

Une flambée des cellules a obligé le Gaec Ourbion à modifier d'urgence ses pratiques. Une stratégie radicale qui a permis à cet élevage bio de retrouver une situation normale en trois mois.

Source: REVUE UFA, 1-2014

La santé des veaux est un facteur de succès important en production bovine. Le présent aide-mémoire résume les principes de base les plus importants pour réussir dans l’élevage des veaux, avec des animaux en meilleure santé et plus productifs.

Source: REVUE UFA 12-2013

Avant tout traitement de mammite, il vaut la peine d’estimer quelle est la situation en matière de résistances. Les traitements qui ne réussissent pas coûtent de l’argent et réduisent les chances de traitement futures. Plusieurs laboratoires proposent des profils de résistances qui font défaut dans le cadre des analyses proposées par le contrôle laitier.

Source: REVUE UFA 12-2013

Les post-fermentations qui surviennent dans le silo peuvent entraîner une
augmentation massive des taux cellulaires du lait. L’ensilage d’herbe riche en cellulose ne peut pas être suffisamment compacté, d’où un risque élevé de post-fermentations.

Source: Agri, 30 août 2013

Les étables trop exiguës doivent être adaptées selon l'Ordonnance sur la protection des animaux du 23 avril 2008. Le délai transitoire échoit le 1er
septembre 2013.

Source: UFA-Revue, 8-2013

La performance par lactation des vaches laitières a fortement augmenté au cours des dernières décennies grâce aux efforts des éleveurs. Parallèlement, de nombreuses voix déplorent que les maladies liées à la production,comme les mammites ou les cétoses, augmentent. Cela peut être valable pour l’ensemble de la population, mais à l’échelle des exploitations individuelles, rien ne permet de le prouver.

Source: UFA Revue, 8-2013

Le parage des onglons joue un rôle décisif pour la santé de ces derniers. En présence d’infections des onglons, il se peut néanmoins que les agents pathogènes passent d’un animal ou d’une exploitation à l’autre lorsque toutes les règles ne sont pas respectées.

Source: UFA-Revue, 8-2013

Une vache efficace doit pouvoir consommer beaucoup de fourrage. Pour une bonne mise en valeur du fourrage qu’elle ingère, une telle vache doit bénéficier d’un métabolisme stable avec de faibles fluctuations de poids à la clé. Les vaches affichant un extérieur correspondant à ces critères et une bonne persistance répondent à cette exigence

Source: UFA-Revue, 4-2012

L'arrivée de la saison de I'affouragement en vert va de pair avec I'augmentation du risque de gonflement de la panse (météorisation). Pour certains éleveurs, iI s'agit d'un problème
récurrent. Ils ont fait leurs expériences et disposent de tout un arsenal de mesures préventives plus ou moins efficaces.

Source: UFA-revue, février 2011

Les troubles de la fertilité peuvent en principe être subdivisés en trois
catégories distinctes chez le bétail laitier: absence de cycle, chaleurs discrètes et retour de chaleurs. Pour comprendre ces troubles, il est indispensable de connaître le cycle de fertilité "normal", auquel ne participent qu'un nombre restreint d'organes et quelques hormones.

Source: UFA-revue, 6-2011

L'identification des mammites permet de reconnaître à temps les problèmes de troupeau et fournit des informations essentielles en vue d'un assainissement. En outre, elle assure la surveillance des exploitations assainies. Faire appel au vétérinaire pour I'interprétation des analyses comme la définition des mesures appropriées peut s'avérer utile.

Source: PSL, 2-2002

Le producteur de lait ne doit mettre dans le commerce que du lait de vaches saines et veiller à ce que les mammites restent isolées. Souvent, le traitement ne permet d'obtenir que des résultats insatisfaisants; il faut donc, dans la lutte contre les mammites, donner la priorité à la suppression des facteurs de risque et à la prévention de nouvelles infections.

Source: UFA-revue, 11-2010

Les infections de la tétine avec Staphylococcus aureus appartiennent encore et toujours aux problèmes principaux rencontrés dans les exploitations laitières suisses liés au constat d'un nombre de cellules trop élevé dans le lait. Pas étonnant dès lors qu'il existe sur le marché  divers "médicaments" qui promettent monts et merveilles. Une histoire vraie.

Source: Agri, 19.11.2010

Quelles stratégies permettent de diminuer I'emploi d'antibiotiques au tarissement et durant la lactation? Quels soins alternatifs peuvent être appliqués lors de problèmes postvêlage? Focus sur la santé de la mamelle et les troubles liés au vêlage.

Source: ALP actuel 2009, n° 35

Conclusions:

  • Le petit-lait est un sous-produit précieux et riche en énergie. Quatorze à quinze litres de petit-lait correspondent à environ 1 kg d’orge.
  • Il faut accorder une attention accrue à l’hygiène, car le petit-lait s’altère vite et il y a un risque de contamination du lait par des spores butyriques.
  • Une phase d’adaptation d’au moins trois semaines est nécessaire.
  • Le petit-lait est riche en substances minérales (Cl, K, Na, P et Ca).
  • En raison de la teneur élevée en Na du petit-lait, les animaux doivent avoir en permanence de l’eau fraîche à disposition.
  • En alimentant les ruminants conformément à leurs besoins, les teneurs du lait ne sont pas ou que faiblement influencées.

Source: Agri, 2.4.2010

L'efficacité d'une ration ne se mesure pas qu' à son potentiel de production, mais aussi a ses coûts alimentaires par kilo de lait. En raison d'une moindre supplantation, le choix d'aliments complémentaires à densité énergétique élevée parvient à augmenter la production tirée du fourrage grossier.

Source: ALP actuel 2006, n° 21

Mesures visant à conserver et à améliorer l’hygiène de la mamelle

  • Traite attentive et respectueuse de l’animal
  • Fourrage adapté à la performance et au stade de lactation
  • Contrôle et maintenance réguliers de l’installation de traite adaptée aux animaux et à la personne chargée de la traite
  • Système de stabulation conforme aux besoins des animaux
  • Contrôle régulier, au moins une fois par mois, de la santé de la mamelle
  • Traitement ciblé de mammites
  • Trempage des trayons après la traite
  • Application requise lors de la remonte

Source: Agri, 5.3.2010

Les mammites constituent le problème numéro 1 des élevages laitiers et occasionnent pour chacune d'elles des coûts moyens de près de 700 fr. Quelles sont les causes et comment y remédier?

Recommander
Imprimer