Paiements directs

Les producteurs de lait fournissent de nombreuses prestations dont bénéficie la société en général. Comme celles-ci ne peuvent être rétribuées par la vente du lait, les producteurs comptent sur les paiements directs. Mais pour les obtenir, ils doivent respecter nombre de strictes exigences.

Paiements directs

Les paiements directs rétribuent les prestations d'intérêt général fournies par l'agriculture.

Les paiements directs généraux rétribuent les prestations d'intérêt général fournies par l'agriculture. Les contributions à la surface et les contributions à la garde d'animaux de rente consommant des fourrages grossiers sont des paiements directs généraux. Ceux-ci ont pour but de garantir l'exploitation et l'entretien de toute la surface agricole. Les exploitations agricoles de la région des collines ou des régions de montagne reçoivent en outre des contributions pour des terrains en pente et des contributions pour la garde d'animaux dans des conditions difficiles. On tient ainsi compte des conditions de travail plus difficiles dans ces régions. Seuls les agriculteurs fournissant les prestations écologiques requises (PER) ont droit aux paiements directs. Dans les régions d'estivage, il faut encore respecter des exigences spécifiques, par exemple l'interdiction de recourir aux engrais minéraux.
Tant les contributions écologiques et éthologiques que les contributions d'estivage, ou celles en faveur de la qualité écologique et de la protection des eaux incitent les agriculteurs à aller au-delà des PER sur une base volontaire. Par ces contributions, la Confédération se propose d'atteindre les objectifs suivants:

  • promouvoir la biodiversité dans les régions agricoles;
  • réduire la pollution des eaux par les nitrates et le phosphore;
  • réduire l'utilisation de substances auxiliaires;
  • encourager l'élevage dans des conditions particulièrement respectueuses des animaux;
  • assurer l'utilisation durable de la région d'estivage.
Recommander
Imprimer