Communiqué de presse – Politique laitière

Le potentiel de la PLVH? La dif­fé­ren­cia­tion.

08.09.2017 – Les contributions de la Confédération pour une production de lait et de viande basée sur les herbages (PLVH) ont pour but d'assurer à long terme l'avantage concurrentiel de la Suisse dans le domaine de la valorisation des fourrages grossiers et de soutenir la stratégie qualité. Le rapport sur l'évaluation de la Confédération tire un premier bilan des années 2014 et 2015. Pour la Fédération des Producteurs Suisses de Lait (FPSL), le rapport montre des aspects notables en ce qui concerne les vaches laitières, mais aussi un potentiel d'amélioration et des points à développer. Le lait produit à partir d'herbe et de fourrage grossier est un élément essentiel de différenciation du lait suisse par rapport à l'étranger. C'est pourquoi la FPSL s'engage pour le maintien du programme et l'amélioration de ses points faibles tels que les contrôles et son accès pour les exploitations de plaine. L'aménagement du programme demande à l'avenir plus de distinctions, par exemple par catégories d'animaux ou par zones, et une incitation réelle à utiliser du fourrage grossier indigène en vertu du Swissness.

L'évaluation a montré que la moitié, voire deux tiers des exploitations PLVH produisant du lait commercialisé n'atteignaient pas le niveau d'exigence auparavant et ont dû procéder à des adaptations. Chez les exploitations détenant du bétail laitier, la quantité d'aliments concentrés utilisés est restée stable à moins de 10%. Ajouté au fait que 14% des exploitations participantes ont augmenté la part de fourrage provenant de prairies et de pâturages, cela montre que le but premier du programme est atteint pour le lait. L'économie herbagère professionnelle est ainsi soutenue efficacement et le recours aux aliments concentrés reste stable dans la production laitière.

Une production de lait basée sur l'herbe et le fourrage grossier pour faire la différence

En Suisse, plus de 80% des vaches bénéficient de sorties régulières en plein air et au pâturage, et 75% des exploitations prennent part au programme PLVH. On note cependant de nettes différences selon les zones. Ces éléments sont la garantie d'une production durable et respectueuse des animaux sur la base de ressources naturelles. Les sondages ont montré que les consommateurs suisses sont prêts à payer un prix plus élevé pour les caractères naturel et régional, le bien-être animal et la santé. Ces atouts doivent engendrer des recettes supplémentaires dans le commerce de détail. Si ces recettes sont réparties équitablement entre tous les échelons de la filière, alors un programme d'affouragement comme la PLVH a un effet positif direct sur la production de lait suisse, qui a toute sa place dans ce pays.

Une orientation crédible sur le long terme
Le programme PLVH a été introduit en 2014. En peu de temps, bon nombre des incitations positives ont eu des effets sur la production laitière. Cette dernière est une branche de production qui demande des stratégies à long terme. Voilà pourquoi la FPSL s'engage pour la poursuite de ce programme et pour une production fondée résolument sur une base fourragère suisse. Il faut aussi des contrôles simples et transparents.

Ren­sei­gne­ments

Reto Burkhardt
chef de la communication de la FPSL
079 285 51 01

Ce com­mu­niqué de presse en version té­lé­char­geable

Le potentiel de la PLVH? La différenciation. (PDF, 49 KB)
Recommander
Imprimer