Communiqué de presse – FPSL

Il faut augmenter les prix du lait de centrale!

05.12.2016 – Depuis l'été 2016, les marchés internationaux se portent relativement mieux, ce qui a entraîné une hausse mondiale des prix à la production. Par ailleurs, la production indigène est en baisse. Pourtant, la situation des producteurs suisses de lait de centrale ne s'est pas fondamentalement améliorée. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (FPSL) et l'Union Suisse des Paysans (USP) engagent les transformateurs et les acheteurs de lait à utiliser la marge de manœuvre dont ils disposent pour aligner le prix du lait A sur le prix indicatif.

Les prix indicatifs en Suisse sont négociés régulièrement au sein de l'Interprofession du lait. Le prix indicatif A est renégocié à chaque fois qu'il affiche un écart de plus de 1,5 centime par rapport à l'indice de l'OFAG. L'amélioration de la situation sur le marché international porte à croire que l'indice 2017 dépassera le prix indicatif actuel du lait A.

Il est temps d'assumer ses responsabilités au sein de la filière
L'amélioration des prix sur les marchés internationaux a certes conduit quelques acheteurs de lait à revoir leurs prix mixtes à la hausse, mais le lait A n'est pas encore payé partout sur la base du prix indicatif. La FPSL et l'USP incitent à présent tous les acteurs à assumer leurs responsabilités et à faire augmenter les prix pour qu'ils atteignent au moins le niveau du prix indicatif A (quai).

Situation alarmante chez les familles paysannes
En optimisant leurs exploitations et en se serrant la ceinture, les producteurs de lait et leurs familles ont tenu bon face à la crise laitière des dernières années. Mais aujourd'hui, certains sont au bord du gouffre. Chaque année, quelque 1000 producteurs abandonnent leur profession ou se voient contraints d'exercer une activité secondaire. Dans le contexte international, la production laitière est tout à fait adaptée aux conditions locales de la Suisse. Pourtant, le secteur du lait de centrale en particulier continue de subir une pression énorme, si bien qu'un peu partout, on parle de mettre définitivement la clé sous la porte. Il est donc urgent d'offrir, pour le lait de centrale, des prix attrayants et durables aux producteurs et à leurs familles.

Ren­sei­gne­ments:

Hanspeter Kern
président de la FPSL
079 418 52 16

Markus Ritter
président de l'USP
079 300 56 93

Ce com­mu­niqué de presse en version té­lé­char­geable

Il faut augmenter les prix du lait de centrale! (PDF, 57 KB)
Recommander
Imprimer