Communiqué de presse – Marché du lait

Ré­orien­ta­tion de l'IP LaitPas de gestion des quan­ti­tés sans soutien politique

06.09.2010 – C’est avec déception et grande préoccupation pour l’avenir des producteurs de lait, que la Fédération des PSL a pris connaissance de l’annonce de la réorientation de l’Interprofession du lait (IP Lait). Avec l’abandon du modèle de marché basé sur le principe de responsabilité défini jusqu’ici, on renonce à tout instrument visant à adapter la production à la demande au niveau national. Les problèmes de la surproduction et des excédents de beurre ne sont par là en aucune manière résolus. Le danger de la pression exercée sur les prix et de la perte des revenus demeure. Pour les producteurs de lait, le soutien politique, qui serait apporté par l’adoption de la motion Aebi, est donc plus nécessaire que jamais.

Lors de son séminaire des 2 et 3 septembre derniers, le comité de l’Interprofession du lait a élaboré de nouvelles propositions de réorientation. Élément central de la stratégie examinée : l’IP Lait abandonnerait le modèle à trois échelons de gestion des quantités au plan national et laisserait à chaque protagoniste du marché le soin de définir ses volumes et ses prix.

Une telle stratégie implique une prise de risques majeure. Il faut craindre, notamment, que

  • les exploitations augmentent individuellement leur production de lait afin de réduire les coûts ;
  • l’augmentation du volume de lait, sans accroissement correspondant des ventes, accentue encore la spirale des prix vers le bas ;
  • la chute des prix du lait se poursuive du fait de l’augmentation du volume des segments à faible plus-value ;
  • la réduction des stocks de beurre, de plusieurs milliers de tonnes, doive être assumée pour ainsi dire uniquement par les producteurs de lait d’un seul transformateur.

Les conséquences de la baisse des prix du lait qui s’en suivrait sur les revenus déjà très modestes des producteurs de lait seraient absolument catastrophiques.


Certes, l’IP Lait veut s’engager pour que les contrats soient comparables et ainsi contribuer à la transparence et la stabilité du marché. La Fédération des PSL soutient ce point. L’abandon du modèle de marché appliqué jusqu’ici montre cependant que le dénominateur commun des acteurs de la branche est extrêmement petit. La FPSL, qui a toujours soutenu, comme une solution de compromis réalisable pour le secteur, le modèle de marché à trois échelons basé sur le principe de responsabilité, est donc déçue de cette décision.

Ce changement d’orientation du comité de l’IP Lait indique, certes, clairement ce que veut et ne veut pas la majorité des membres de l’organisation. Cependant, les risques importants liés à la surproduction persistante, alors que les stocks de beurre approchent les 10 000 tonnes, ne sont donc pas dissipés pour les producteurs. Sans gestion des quantités au plan national, la production continuera à augmenter, exerçant une pression toujours croissante sur les prix du lait déjà trop bas à l’heure actuelle.

Ces dernières années, la FPSL a émis différentes propositions devant permettre de réduire ces risques. Elle décline toute responsabilité pour l’évolution du marché du lait aussi longtemps que ses propositions resteront ignorées par le secteur et les organisations de producteurs régionales.

Il est manifeste qu’une gestion minimale du volume de lait ne sera possible qu’avec l’appui des instances politiques. La nécessité de l’acceptation et de la mise en œuvre de la motion Aebi, comme dernière chance pour la gestion des quantités, est donc plus que confirmée par la nouvelle orientation adoptée par l’IP Lait.

Ren­sei­gne­ments

Albert Rösti
Directeur PSL
Téléphone 031 359 52 11 / Natel 079 255 88 56
Courriel albert.roesti@swissmilk.ch

Christoph Grosjean-Sommer
Communication Économie et politique
Téléphone 031 359 53 18 / Natel 079 645 81 36
Courriel christoph.grosjean@swissmilk.ch

Le com­mu­niqué de presse en format pdf

Réorientation de l'IP Lait (PDF, 67 KB)
Recommander
Imprimer