Termes & dé­fi­ni­tionsSur­veillance du prix du lait

Il est problématique de comparer les contrats d'achat de lait de plusieurs premiers acheteurs, car ils appliquent des systèmes de prix fort différents. La surveillance du prix du lait de la FPSL neutralise ces différences. Nos méthodes de calcul et les termes récurrents sont expliqués ci-dessous.

Ex­pli­ca­tions sur le dé­pouille­ment des dé­comptes de la paie du lait

Bases de calcul

Lait de fromagerie ou lait de centrale: les prix ne sont pas les mêmes.

La surveillance du prix du lait de la Fédération des Producteurs Suisses de Lait PSL a pour base les décomptes mensuels de la paie du lait de plus de 300 producteurs de toute la Suisse. Pour le dépouillement, les décomptes sont classés dans les catégories ci-dessous.

  • Lait de centrale PER (production conforme aux prestations écologiques requises) ou bio (production conforme aux exigences d'une organisation d'agriculture biologique reconnue), départ ferme ou franco centre collecteur.
  • Lait de fromagerie PER ou bio, franco fromagerie ou départ ferme.

Est considéré comme lait de fromagerie, le lait ayant droit au supplément de non-ensilage. Plus le nombre d'annonceurs du prix du lait est élevé, plus les résultats sont significatifs. C'est pourquoi nous recherchons toujours de nouveaux annonceurs, en particulier des producteurs de lait bio ou de lait de fromagerie, ou encore livrant à certains premiers acheteurs de lait de centrale.

Trai­te­ment des données

Pour les producteurs de lait, la transparence du marché au niveau de la vente n'est pas toujours assurée. Il est souvent difficile de comparer les contrats d'achat de lait de plusieurs premiers acheteurs, car ils appliquent des systèmes de prix fort différents. L'analyse standardisée des décomptes de la paie du lait permet de neutraliser ces différences. Les données sont saisies selon plus de 30 critères, dont 20 sont nécessaires au calcul du prix du lait effectivement payé. Les autres critères servent à identifier et à vérifier les données saisies.

Analyse des données

Un outil informatique flexible permet diverses analyses des informations saisies dans la base de données. Les analyses de routine portent sur le prix du mois et sur la moyenne roulante sur 12 mois (moyenne des 12 derniers mois) par premier acheteur de lait d'industrie et par variété fromagère.

Une évaluation de la "formation des prix" permet une analyse plus fouillée. On peut ainsi comparer les prix effectivement payés par les premiers acheteurs en considérant le prix de base, les suppléments de quantité ou de qualité, les déductions, les ristournes et les bonus.

Dé­fi­ni­tion de quelques termes relatifs à la sur­veillance du prix du lait

Lait de centrale ou lait de fro­ma­ge­rie?

Pour la surveillance du prix du lait, on considère comme lait de fromagerie le lait ayant droit au supplément de non-ensilage. C'est là le critère déterminant. Le lait n'ayant pas droit à ce supplément est classé dans la catégorie du lait de centrale, même s'il est transformé en fromage (p. ex. mozzarella). Pour le lait de fromagerie, le supplément de non-ensilage est indiqué séparément.

Prix stan­dar­disé pro­duc­teur (PSP)

Le prix standardisé producteur (PSP) est un prix standardisé en termes de teneurs et de quantité par arrêt pour le lait de centrale départ ferme. On peut ainsi comparer objectivement les prix des différents acheteurs, indépendamment de la structure propre aux exploitations de production. Le PSP correspond au prix minimal versé par un premier acheteur pour le lait standardisé. La FPSL garantit à chaque premier acheteur une totale transparence dans le calcul de son prix standardisé producteur.

Le PSP tient compte des composantes garanties par contrat à tous les producteurs, c'est-à-dire au fournisseur individuel. Il est calculé pour une quantité par arrêt annuelle de 180 000 kilos ou 350 000 kilos de lait à teneur standard de 4 % de matière grasse et 3,3 % de protéine. Le lait est pris en charge à la ferme toutes les 48 heures et le fournisseur est un fournisseur attitré. Les critères standard de qualité fixés dans les paramètres-clé sont pris en compte (nombre de cellules < 350 000, nombre de germes < 80 000). Il est tenu compte des déductions relatives à la segmentation de la quantité contractuelle.

Prix du lait effectif

Le "prix du lait effectif" est le prix du lait moyen réalisé. Il tient compte des teneurs et des quantités par arrêt effectives.

Ce prix moyen tient compte des éléments suivants: prix de base, supplément pour le lait transformé en fromage, suppléments et déductions dus à la variation saisonnière, teneurs, qualité, coûts de refroidissement, quantité par arrêt, coûts de transport, aides financières, paiements ultérieurs, bonus versés, rémunérations périodiques, primes bio, lait de restriction (non transformé en fromage), lait pour spécialités (non transformé en fromage), déductions pour l'allègement du marché, segmentation du marché touchant la quantité contractuelle.

Ce prix moyen ne tient pas compte des éléments suivants: supplément de non-ensilage, petit-lait facturé, déductions de qualité (standards non respectés), déductions pour les mesures de force obligatoire générale (marketing générique), cotisations des membres, autres contre-prestations facturées (marchandise, loyers, bonus annoncés, etc.).

Lieu de prise en charge du lait

Le lait est soit pris en charge départ ferme, soit livré par le producteur à un centre collecteur ou à la fromagerie directement. Selon le système de paiement, les producteurs reçoivent des suppléments pour quantité par arrêt et/ou se voient imposer des déductions (forfaitaires ou en fonction de la quantité) à titre de participation aux frais de transport.

Période de com­pa­rai­son

En raison des différences entre les systèmes de paiement, il est très difficile de comparer entre eux les prix du lait. La variation saisonnière, en particulier, peut fausser la comparaison mensuelle des prix du lait. C'est pourquoi il vaut mieux comparer les prix sur 12 mois. Pour ce faire, la FPSL calcule et publie depuis longtemps déjà une moyenne roulante sur 12 mois.

Recommander
Imprimer