ch sign

Allergie ou in­to­lé­rance?Symp­tômes et diag­nos­tic

Ballonnements, lourdeurs d'estomac, diarrhée: tout le monde a déjà connu de tels désagréments après le repas. Une allergie ou une intolérance n'est qu'une des nombreuses causes possibles de ces troubles.

En cas de soupçon d'intolérance, mieux vaut consulter un spécialiste que renoncer à l'aliment suspecté.

Bon à savoir:

  • Ne pas confondre allergie et intolérance.
  • Un diagnostic précis permet d'y voir plus clair.
  • Il ne faut pas renoncer à un aliment sans raison.

Allergie et in­to­lé­rance

Aperçu des allergies et des intolérances

L'allergie et l'intolérance désignent toutes deux une réaction à un aliment, mais il faut bien faire la différence entre l'une et l'autre. Nous vous expliquons comment. D'une manière générale: si vous soupçonnez être intolérant à un aliment, adressez-vous à un spécialiste et ne bannissez pas sans raison des aliments de votre alimentation.

In­to­lé­rance?

Digestion du lactose.

Une intolérance n'est pas une réaction immunologique de l'organisme, mais une réaction d'hypersensibilité. Cette dernière peut être déclenchée par un déficit enzymatique, comme dans le cas de l'intolérance au lactose – seul l'intestin est alors touché, occasionnant des troubles non spécifiques comme des maux de ventre, des ballonnements et des diarrhées.

Allergie?

Dans le cas d'une allergie, le corps réagit à une substance précise comme si c'était un corps étranger et produit des anticorps pour se défendre. Des quantités minimes de la substance incriminée suffisent à déclencher des problèmes gastro-intestinaux ou des éruptions cutanées. Les symptômes d'une allergie aux protéines du lait sont plus divers que l'intolérance au lactose, car le système immunitaire est touché. Dans le pire des cas, les symptômes peuvent provoquer un choc allergique avec des problèmes circulatoires et respiratoires.

Al­ler­gies: plus rares qu'on ne le pense

Allergies alimentaires: rares mais multiples.

Les allergies à des aliments sont plus rares qu'on ne l'imagine. 4 à 8 % seulement de la population est concernée. Les nourrissons et les enfants en bas âge développent surtout des allergies au lait de vache et aux œufs de poule. Le blé, les noisettes, les cacahuètes, le poisson, les crevettes, le sésame et le soja sont d'autres allergènes potentiels. Chez les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes, les allergies les plus courantes concernent le poisson et les fruits de mer. Il y a aussi des allergies alimentaires associées au pollen de bouleau, qui sont déclenchées par des fruits, des légumes et des noix. On parle alors d'allergie croisée: le corps reconnaît des substances similaires au pollen dans les aliments et les considère comme nuisibles.

Les enfants plus sujets aux allergies

Les enfants, chez qui le système immunitaire n'est pas entièrement développé, sont plus sujets aux allergies. Ils ont en revanche de bonnes chances de voir disparaître leur allergie alimentaire avant l'âge de la scolarité. Les troubles qui apparaissent chez l'adulte sont souvent dus à une intolérance.

Diag­nos­tic posé

Une fois que le diagnostic d'une allergie ou d'une intolérance a été posé, il est recommandé de consulter un-e diététicien-ne, qui pourra vous aider à adapter votre alimentation et à déterminer la quantité de l'aliment en cause supporté par votre corps. Vous pouvez vous référer à l'Association suisse des diététicien-ne-s pour trouver un-e spécialiste du domaine.

Attention aux carences nu­tri­tion­nelles!

Il ne faudrait pas renoncer durablement au lait et aux produits laitiers sans diagnostic médical avéré d'une allergie au lait ou d'une intolérance au lactose. Cela pourrait entraîner des carences nutritionnelles, notamment en protéines, en acides gras, en calcium, en iode et en vitamines A, B et E.

Vous avez des ques­tions?

Susann Wit­ten­berg

BSc en écotrophologie
Téléphone 031 359 57 57
nutrition@swissmilk.ch

Regula Thut Borner

Diététicienne dipl. ES
Téléphone 031 359 57 58
nutrition@swissmilk.ch

Réactions pathologiques aux denrées alimentaires:

  • aha! Centre d’Allergie Suisse: Brochure La prévention des allergies. Berne 2016 
  • Biesalski HK et al: Ernährungsmedizin. 4. Auflage. Thieme Verlag. Stuttgart 2010 
  • Bonifer R: Glutensensitivität, Weizenallergie oder Zöliakie? Pädiatrie 2-2016; 11-13 
  • Bundesamt für Gesundheit BAG: Allergene in Lebensmitteln: gut informiert. Bern 2011 
  • Constien A, Reese I: Lebensmittelallergien. Grundlagen, Diagnose, Therapie. Ernährungs Umschau 3-2007: 146–153 
  • D’Urbano LE, Pellegrino K, Artesani MC et al: Performance of a component-based allergen-microarray in the diagnosis of cow’s milk and hen’s egg allergy. Clinical & Experimental Allergy 2010; 40: 1561–1570 
  • Dürr E: Kuhmilchproteinallergie im Säuglings- und Kindesalter. Pädiatrie 2-2016; 15-19 
  • EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA): Scientific Opinion on lactose thresholds in lactose intolerance and galactosaemia. EFSA Journal 2010; 8:1777 
  • Eurpean Academy of Allergy and Clinical Immunulogy EAACI: Food Allergy and Anaphylaxis Guidelines. Online www.eaaci.org 2016 
  • European Academy of Allergology and Clinical Immunology EAACI: IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel werden nicht zur Diagnostik empfohlen. Positionspapier. Ins Deutsche übersetzte Fassung der englischen Originalpublikation in Allergy 2008; 63: 793–796. Springer Medizin 2009 
  • Kasper H: Ernährungsmedizin und Diätetik. 12. Auflage. Elsevier Verlag. München 2014 
  • Kim JS, Nowak-Wegrzyn A, Sicherer SH et al: Dietary baked-milk accelerates the resolution of cow’s milk allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2011; 128: 125-131 
  • Kleine-Tebbe J, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Keine Empfehlung für IgG- und IgG4-Bestimmungen gegen Nahrungsmittel. Allergo J. 2009; 18: 267–273 
  • Laktose. Ernährungs-Umschau 52 (2005) Heft 5; 201-202 
  • Laktoseintoleranz. Ernährungs-Umschau 50 (2003) Heft 10; 408-409
  • Leonard SA, Sampson HA, Sicherer SH et al: Dietary baked egg accelerates resolution of egg allergy in children. J Allergy Clin Immunol. 2012; 130: 473-480 
  • Perkin MR, Logan K, Tseng A et al: Randomized Trial of Introduction of Allergenic Foods in Breast-Fed Infants. N Engl J Med 2016; 374: 1733-1743 
  • Reese I, Ballmer-Weber B, Beyer K et al: Vorgehen bei Verdacht auf Unverträglichkeit gegenüber oral aufgenommenem Histamin. Leitlinie der DGAKI, GPA und ÄDA. Allergo Journal 2012; 21: 22–28 
  • Reese I, Schäfer C: Ernährungstherapie in der Allergologie. 2. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München-Deisenhofen 2012 
  • Reese I, Schäfer C, Werfel T, Worm M: Diätetik in der Allergologie. 4. Auflage. Dustri-Verlag Dr. Karl Feistle. München – Orlando 2013 
  • Reese I: Diagnostisches und therapeutisches Vorgehen bei zwei populären, aber sehr unterschiedlichen Nahrungsmittelunverträglichkeiten: Fructosemalabsorption und Histaminintoleranz. Therapeutische Umschau 2015; 69:231-237 
  • Reese I: Update Lebensmittelallergien. Ernährungs Umschau 6-2016; M338-346 
  • Schäfer C, Reese I, Ballmer-Weber B et al: Fructosemalabsorption. Stellungnahme der AG Nahrungsmittelallergie in der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI). Allergo Journal 2010;19: 66-69 
  • Schäfer T, Bauer CP, Beyer K et al: S3-Leitlinie Allergieprävention – Update 2014. Leitlinie der Deutschen Gesellschaft für Allergologie und klinische Immunologie (DGAKI) und der Deutschen Gesellschaft für Kinder- und Jugendmedizin (DGKJ).  Allergo Journal Int 2014; 23: 186-199 
  • Schäppi G: aha! Allergiezentrum Schweiz. Zukunftskrankheit Allergie. Power Point. Bildungszentrum Gesundheit Basel Stadt 5.4.2014 
  • Steinmüller R: Lebensmittelallergene im Porträt. Teil 1: Einführung in das Thema Lebensmittelallergene. Ernährungs Umschau 10-2015; S39-S42 
  • Zuberbier T et al: Prevalence of adverse reactions to food in Germany – a population study. Allergy 2004. 59: 338–345

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recommander
Imprimer