ch sign

Notre laitLa qualité par tradition

En Suisse, l'économie laitière a une tradition séculaire. La grande qualité du lait suisse repose sur les caractéristiques du sol, des avantages climatiques, un élevage soumis à une législation très stricte et une amélioration constante de la transformation laitière.

L'économie laitière fait partie de notre patrimoine.

Il y a lait et lait

Le lait est une boisson typiquement suisse. C'est un produit d'excellente qualité indissociable de nos traditions. Les vaches font partie de nos paysages comme le lait fait partie de nos habitudes alimentaires. Il influence notre histoire et notre présent. Bref, qui dit lait, dit lait suisse. Car le lait suisse n'a pas son pareil.

Les six arguments en faveur du lait suisse

Plus des deux tiers de la surface agricole utile sont constitués d’herbages et se prêtent particulièrement bien à l’élevage. En Suisse, le climat et les caractéristiques du sol offrent des conditions idéales pour l'économie laitière. Ainsi, la production laitière est particulièrement adaptée aux conditions géographiques de la Suisse.

Le saviez-vous?
Oui
65%
Non
35%
  • Nos vaches sont élevées dans des systèmes de détention particulièrement respectueux des animaux et bénéficient régulièrement de sorties.
  • La durée des transports d'animaux ne doit pas excéder 8 heures
Le saviez-vous?
Oui
74%
Non
26%
  • En été, une vache reçoit chaque jour entre 70 et 100 kilos d'herbages d'une grande valeur nutritive produits en Suisse (herbe, trèfle et autres végétaux) et 2 kilos d'aliments concentrés (céréales, soja et maïs).
  • Il est interdit de nourrir les vaches avec du fourrage génétiquement modifié.
  • L'utilisation de farine animale, d'hormones et d'antibiotiques pour stimuler la croissance est également proscrite
  • En hiver, la vache mange entre 15 et 20 kilos de foin par jour.
Le saviez-vous?
Oui
74%
Non
26%

La production laitière est soumise à des contrôles de qualité très stricts. Il est ainsi garanti que le lait suisse ne contient aucun résidu tel que des antibiotiques.

Le saviez-vous?
Oui
87%
Non
13%

En comparaison de l'élevage industriel de masse, 23 vaches représentent un très petit nombre. La production laitière est l'une des principales sources de revenus des environ 22 000 producteurs de lait qui s'investissent jour après jour pour produire des aliments de grande qualité et pour entretenir le paysage. Les exploitations familiales suivent des directives strictes sur une détention respectueuse des animaux, sur l'hygiène dans l'étable et sur le processus de transformation.

Le saviez-vous?
Oui
61%
Non
39%

Code du concours edelweiss

Le code est le suivant: 
Eduw!ss18

Veuillez saisir ce code dans le champ du concours edelweiss prévu à cet effet. Bonne chance!

Les noms de vaches les plus po­pu­laires de Suisse

Chez nous, le paysan donne encore un nom à son bétail.

Place:Noms de vaches:Noms de taureaux:
1re placeBellaCharolais
2e placeTulipeMax
3e placeCalineBolet
4e placeEtoileFilou
5e placeNoisetteBob

Comment tout a commencé

En Suisse, la transformation de lait sur les alpages a vraisemblablement été instaurée par les Celtes, puis cultivée par les Romains. À cette époque, il était encore mal vu de consommer du lait de vache. Les bovins étaient surtout élevés pour leur viande et comme animaux de trait. Dans les chalets d'alpage, on produisait surtout du lait de chèvre et de brebis, que l'on transformait en fromage frais.

Moyen Âge: les armaillis font leur beurre

En ce temps-là, le beurre était un bien de luxe. Généralement, seules les personnes riches pouvaient se permettre d'en consommer. Avec la croissance de la population urbaine, le besoin en matière grasse augmenta également. C'est pourquoi le lait de vache prit une nouvelle importance au Moyen Âge. Comme le lait de vache crème plus facilement que le lait de chèvre ou de brebis, les armaillis optèrent pour le lait de vache pour produire du beurre.

L'atout du fromage à pâte dure

Les fromagers suisses étaient innovateurs et créatifs. Ils jouèrent un rôle déterminant dans la transformation et le développement de la fabrication du fromage. Vers la fin du Moyen Âge, la découverte de la présure permit de fabriquer du fromage à pâte dure. Dès lors, la qualité des fromages s'améliora, ils se prêtèrent mieux au transport et le commerce prit un nouvel essor. C'est ainsi que les fromagers posèrent le fondement du Gruyère, de l'Emmentaler, de l'Appenzeller et du Sbrinz. Il existait d'autres spécialités, comme le fromage de Bellelay, le fromage de Schwytz, le fromage gras d'Urseren, ou le Schabziger de Glaris.

La vache laitière aujourd'hui

En moyenne, une vache donne 20-25 litres de lait par jour.
  • En été, une vache mange chaque jour entre 70 et 100 kilos d'herbages (herbe, trèfle et autres végétaux), 2 kilos d'aliments concentrés (céréales, soja et maïs), 200 grammes de sel et boit environ 50 litres d'eau.
  • Le processus de transformation de l’herbe en lait dure deux à trois jours.
  • Selon la race et le type d'aliments, une vache donne 5000 à 8000 litres de lait par année.

Le lait et les produits laitiers font partie du quotidien

En Suisse, tout le monde sait d'où vient le lait. On rencontre des exploitations agricoles même près des villes et le lait n'a qu'une courte distance à parcourir de la ferme au magasin. Les produits régionaux provenant de petites fromageries locales ou d'une exploitation agricole sont à la mode. On les trouve désormais dans de nombreux magasins d'alimentation. En outre, de plus en plus de gens s'approvisionnent directement chez le paysan.

Recommander
Imprimer