Notre environnement

Les rots des vaches ne menacent pas le climat

back to top
Notre environnement

Les rots des vaches ne menacent pas le climat

Lovely, une menace pour le climat? En plus du lait, les vaches produisent du méthane. Mais elles contribuent aussi activement à réduire leur empreinte écologique.

Qui sont les émetteurs de CO2 en Suisse?

Par principe, chaque être vivant sur terre est lié à la production de dioxyde de carbone. La Suisse émet chaque année 47 millions de tonnes de CO2. Les transports sont les principaux émetteurs de gaz carbonique (32%), suivis de l'industrie (24%) et des ménages (17%).

L'agriculture suisse est responsable de 14,2% des émissions de CO2 dans notre pays et se retrouve ainsi à la quatrième place. Les vaches laitières rejettent 3,9% des émissions, qui s'inscrivent dans un cycle biologique permanent.

Le cycle de carbone de la vache

Le cycle de carbone de la vache

Notre environnement

Partie intégrante du cycle biologique

La digestion produit du méthane

Ce n'est un secret pour personne: les vaches produisent du lait, mais aussi du méthane. Ce gaz à effet de serre résulte de la digestion des herbages. Les vaches valorisent l'herbe avec l'aide de bactéries et d'autres microbes. Dans le rumen (ou la panse), le premier des quatre estomacs de la vache, les micro-organismes brisent les parois cellulaires des brins d'herbe et en retirent de l'énergie. Ce processus produit aussi du méthane, qui est libéré dans l'air via des rots pendant la rumination.

Nos vaches

Top 7 des races bovines en Suisse

  • Les pâturages si typiques de la Suisse contribuent à absorber le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

  • Le méthane résulte de la digestion des herbages.

  • Plus la surface herbagère est dense, plus les plantes sont en mesure de fixer le carbone dans le sol par les racines.

  • Si certains prés devaient être exploités autrement, par exemple pour des grandes cultures, le gaz stocké serait libéré dans l'atmosphère.

  • Par leur présence durable au pâturage, nos vaches favorisent la croissance des racines et participent ainsi activement à compenser les émissions de CO2.

Notre environnement

Que mangent nos vaches laitières?

Empreinte écologique

Les pâturages si typiques de la Suisse contribuent à absorber le dioxyde de carbone de l'atmosphère. Plus la surface herbagère est dense et durable, plus les plantes sont en mesure de fixer le carbone dans le sol par les racines. L'humus qui résulte de la décomposition des végétaux a une capacité de stockage du CO2 quasi incomparable en Suisse. Si certains prés et prairies devaient être exploités autrement, par exemple pour des grandes cultures, le gaz stocké serait libéré dans l'atmosphère. Dans une agriculture durable, produisant de l'humus, les prairies sont l'un des plus grands réservoirs à carbone. Pour la Suisse, dont la surface agricole utile est composée aux trois quarts d'herbages, c'est un réel atout.

Notre environnement

Valoriser les nutriments suisses

Un calcul complexe

Le calcul des écobilans est complexe. Souvent, seuls certains éléments très spécifiques du système de production entrent en ligne de compte. Certes, les vaches émettent du méthane en rotant. Mais sans leur incroyable capacité à digérer l'herbe, cette ressource resterait inexploitée, ce qui serait du gâchis. De plus, les vaches participent à l'entretien des surfaces herbagères. Leur présence durable au pâturage favorise la croissance des racines et contribue au stockage du carbone. Notre Lovely fait donc aussi du bien au climat.

Notre environnement

La production de lait suisse est-elle durable?

  • Sources