Le lait suisse

Comment ça marche: l'électricité solaire à l'alpage

back to top
Le lait suisse

Comment ça marche: l'électricité solaire à l'alpage

Pratiquer une agriculture bio et brûler quelque 500 litres de diesel par année à l'alpage? Impensable pour Beat Ming. Depuis l'été dernier, ses panneaux solaires mobiles produisent de l'électricité verte.

De l'électricité à 1800 mètres d'altitude

Je suis soulagée que Beat Ming soit au volant. Depuis Kaiserstuhl, dans le canton d'Obwald, la route est raide. L'asphalte laisse place au béton puis aux gravillons. Le chemin se fait de plus en plus étroit. Notre destination: l'alpage de Seefeld, à 1800 mètres, où ses 25 vaches passent l'été. À intervalles réguliers, je dois descendre de la voiture pour ouvrir puis refermer les portails. Entre deux, Beat Ming me décrit les particularités de son alpage.

"Depuis l'année dernière, notre robot de traite fonctionne à l'électricité solaire", explique-t-il. Certes, ils sont une poignée à avoir fait ce choix, mais Beat Ming a innové: panneaux solaires et batterie sont mobiles. Ce paysan de Lungern peut ainsi les utiliser dans la vallée pendant l'hiver, au mayen au printemps, puis à l'alpage. Ainsi l'installation est mise à profit toute l'année et pas uniquement pendant la courte période d'estivage.

Max Ursin, ingénieur (à gauche), et Beat Ming, paysan

Max Ursin, ingénieur (à gauche), et Beat Ming, paysan

Un premier essai concluant

Max Ursin, lui aussi du voyage, est le concepteur de ce système. Cet ingénieur de Meiringen, dont l'entreprise développe aussi des batteries pour installations solaires fixes sur toitures, avait fait le triste constat que, parmi les quelque 1300 alpages que compte la Suisse, beaucoup recourent à des générateurs diesel pour leur alimentation électrique. "Je voulais y remédier. J'ai publié une annonce dans le Schweizer Bauer pour trouver des personnes intéressées à tester un système comme celui-ci." Le premier essai, dans la commune bernoise d'Eriz, s'est avéré concluant et, depuis, six exploitations utilisent son invention.

5

Une installation solaire ingénieuse

  1. Entre 500 et 1000 litres de diesel économisés par été

  2. Sans bruit ni odeur

  3. Montage et démontage en une heure et demie

  4. Dispositif mobile pour une utilisation à l'alpage et en plaine

  5. Fiabilité grâce à un accès à distance et une surveillance par application

Montage en une heure et demie

Avant même d'apercevoir le chalet d'alpage, le reflet des panneaux solaires attire notre regard: 40 mètres carrés bleutés sur un fond vert. "Il nous a fallu environ une heure et demie pour monter l'installation, et le désassemblage et l'emballage ne devraient pas nous prendre plus de temps", précise Beat Ming. La puissance du système avoisine les 6 kilowatts.

Actuellement, sa production électrique est toutefois inférieure aux attentes à cette saison ensoleillée. À peine sorti de la voiture, Max Ursin comprend tout de suite pourquoi: des plantes ont poussé entre les panneaux photovoltaïques et leur font de l'ombre. "Tu devrais tout de suite débroussailler!", conseille-t-il à Beat Ming. Ce dernier ne se fait pas prier pour saisir sa faux et remettre de l'ordre dans cette anarchie végétale.

Beat Ming libère les panneaux des mauvaises herbes

Beat Ming libère les panneaux des mauvaises herbes

La technologie ne remplace pas le travail manuel

À cette altitude, malgré cette technologie de pointe, le travail manuel reste conséquent: outre la tonte, il y a aussi la fabrication du fromage. Cette tâche incombe à Veronika, l'alpagiste qui passe l'été à l'alpage de Seefeld avec Matthias, son mari, et leurs trois enfants. Ici, le fromage se fabrique dans la plus grande tradition, au feu de bois. À notre arrivée, Veronika a presque terminé la production matinale: avec savoir-faire, elle retourne les meules de fromage et pose dessus une planche en bois dont le poids sert à extraire l'humidité.

À quelques pas de là, derrière la fromagerie ancestrale, la technologie prend le pas sur le charme alpin. Une remorque étonnamment compacte intègre tout le nécessaire pour stocker et utiliser l'électricité produite par les panneaux installés devant le chalet: deux batteries sodium-ion, trois onduleurs et un régulateur de charge.

Ma famille et moi pratiquons une agriculture bio depuis plus de 25 ans. Consommer 500 litres de diesel par année n'est pas compatible avec notre philosophie.

Beat Ming, agriculteur

Le diesel uniquement en cas de nécessité

La capacité de l'installation permet d'alimenter le robot de traite pendant deux jours. Et il reste assez d'électricité pour charger le téléphone et écouter la radio. Au cas où le soleil ne brillerait pas du tout pendant plusieurs jours, un vieux générateur diesel se trouve encore à côté de la remorque. "Nous ne l'utilisons plus qu'à titre exceptionnel, pour fendre le bois en automne ou quand le temps est vraiment mauvais pendant plusieurs jours", précise Beat Ming. "Cette année, nous l'avons peut-être utilisé deux jours."

Une application indique le niveau de production et de charge
Une application indique le niveau de production et de charge

Pas de bruit, pas d'odeur

Mattias, l'alpagiste, est particulièrement ravi de cette avancée technologique. Cela fait plusieurs années qu'il passe ses étés dans différents alpages suisses. "Je supportais de moins en moins le bruit et l'odeur des générateurs diesel", explique-t-il. "Les panneaux solaires règlent complètement ce problème et sont vraiment fiables."

En cas d'anomalie, tout serait rapidement réglé grâce à l'accès à distance. Alpagistes et agriculteur peuvent connaître en tout temps l'état de la production électrique et de la charge par le biais d'une application pour smartphone. Une fonction très pratique pour Beat Ming, dont l'exploitation se trouve à près d'une heure de route de l'alpage.

Moins de bruit et d'odeur font le bonheur de Matthias

Moins de bruit et d'odeur font le bonheur de Matthias

Une question de cohérence

Pour Beat Ming, cette solution est non seulement pratique, mais aussi cohérente: "Ma famille et moi pratiquons une agriculture bio depuis plus de 25 ans. Consommer 500 litres de diesel par année n'est pas compatible avec notre philosophie." Comme il pratique la vente directe, il remarque aussi que la clientèle s'intéresse de plus en plus au développement durable. "C'est devenu un argument de vente supplémentaire qui porte ses fruits."

Fondu au feu de bois: le fromage à griller de Beat Ming
Fondu au feu de bois: le fromage à griller de Beat Ming

Les panneaux solaires font leur désalpe

Je suis convaincue par l'argument de vente principal, le goût: chaud, ce fromage d'Obwald est particulièrement savoureux. Beat Ming place un quart de meule sur une pierre directement sur le feu. Une fois le fromage fondu et légèrement doré, il le tartine sur une tranche de pain préparé par Veronika. Un régal! Avant de redescendre en plaine, Beat Ming m'invite à jeter un œil dans la cave d'affinage. La croûte dorée des fromages d'alpage et à griller luit dans la semi-obscurité. Comme l'indiquent les étagères bien pleines, la fin de l'estivage approche. Dans quelques jours, la famille d'alpagistes embarquera ses maigres affaires et descendra au mayen avec les vaches. L'installation solaire sera bien sûr aussi du voyage.