Histoire d'ici

11 choses curieuses à savoir sur les vaches

back to top
Histoire d'ici

11 choses curieuses à savoir sur les vaches

Réunir onze informations intéressantes et surprenantes sur les vaches laitières n'était pas une mince affaire: il y en avait plutôt trop que pas assez. On parie que vous ne savez pas tout sur ces animaux fascinants!

1. Les vaches ont quatre estomacs.

Causons d'abord digestion. Vous savez déjà sûrement qu'une vache a plusieurs estomacs. Quatre, pour être précis. Ils permettent surtout à son organisme d'assimiler sa nourriture favorite, l'herbe, qui n'est pas des plus faciles à digérer. Le deuxième estomac est le réseau (ou bonnet). Il fonctionne comme un entonnoir, qui ne laisse pas passer les gros morceaux. Ces derniers sont renvoyés vers la bouche. La vache doit alors les mastiquer une nouvelle fois: c'est la rumination. Ce n'est donc pas étonnant que la digestion dure plusieurs jours. Mais tout vient à point à qui sait attendre: car de cette manière, les vaches transforment l'herbe, à la base indigeste pour l'être humain, en nutriments de grande qualité (voir le fait no 5). Cette vidéo explique clairement le fonctionnement des quatre estomacs de la vache.

2. Les vaches ruminent 5 à 8 heures par jour.

Toujours à propos de rumination: vous avez l'impression que les vaches passent le plus clair de leur temps allongées, à remuer paresseusement la mâchoire? Vous n'avez pas tort. La rumination occupe les vaches 5 à 8 heures par jour. Calculé autrement, cela signifie qu'elles effectuent 30 000 mouvements de mâchoire dans une journée et produisent jusqu'à 200 litres de salive. Par comparaison, le corps humain produit entre 0,5 et 1,5 litre de salive par jour.

Image typique: ça rumine dur.

Image typique: ça rumine dur.

3. Les vaches ont une bonne perception, à une exception près.

Globalement, les vaches laitières ont de meilleurs sens que nous, les humains. Par exemple, elles peuvent percevoir des odeurs jusqu'à 10km de distance, elles entendent mieux que nous dans les basses et hautes fréquences et elles ont un champ de vision de 330° – presque une vision panoramique! Leur point faible, c'est la couleur rouge, qu'elles ne distinguent pas bien.

4. Les vaches sont un bel exemple de diversité.

Des grands et petits gabarits, des robes aux motifs et couleurs variées… Sur un même pâturage, on peut déjà observer une grande diversité entre les vaches. Parmi les 34 races de vaches laitières suisses, lesquelles savez-vous identifier en randonnée? La vache brune, par exemple, est reconnaissable à sa robe brune et sa bouche noire aux contours clairs. Avec sa robe noire et blanche, Lovely – la vache de Swissmilk – est de race Holstein. Les Red-Holstein ont une robe rouge et blanche. Il existe aussi de grands écarts de poids: les vaches Jersey, par exemple, sont un petit format. En moyenne, elles ne pèsent que 470kg, voire 350kg pour les plus légères. Leur lait particulièrement riche en protéines permet de fabriquer une glace au goût exquis, mais c'est un autre sujet. Par comparaison, la Holstein, qui est la plus grande vache laitière en Suisse, pèse jusqu'à 750 kg, soit deux fois plus que les vaches Jersey légères. Couleur, taille, caractère: chaque vache est donc unique. Un atout pour les agriculteurs·trices, qui parviennent ainsi à les identifier et à appeler chacune par son nom (voir le fait no 6).

Découvrez notre top 7 de races de vaches

L'éclatante diversité de nos races laitières.
L'éclatante diversité de nos races laitières.

5. Les vaches nous donnent accès à des nutriments.

Pour revenir (une dernière fois) sur la digestion: nos vaches consomment d'énormes quantités de fourrage riche en nutriments, que leur offrent les herbages suisses. Elles peuvent en avaler jusqu'à 80kg par jour. Nous autres êtres humains serions bien incapables de digérer toute cette herbe. Normal, nous n'avons pas quatre estomacs. Mais grâce à la vache, nous pouvons tout de même bénéficier des nutriments de la prairie. Car au bout du processus de rumination et de digestion, on obtient… du lait! Et par extension, tous les délicieux produits laitiers que nous connaissons. Riche en matière grasse, en sucre (lactose), en protéines, en vitamines et en minéraux, le lait est pour nous un aliment de base. Pour ainsi dire, les vaches transforment l'herbe pour nous. Par exemple, un demi-hectare de prairie pâturé par une vache nous permet de savourer au bout du compte 38kg de beurre ou 500g d'Appenzeller. Merci à Lovely et à ses consœurs!

Pour en savoir plus: comment les vaches valorisent les herbages

6. Chez nous, toutes les vaches ont un nom.

Ce qui est normal en Suisse est loin de l'être ailleurs dans le monde: chez nous, chaque vache a un nom. Les paysan·nes sont-ils donc des champion·nes de la mémorisation? Très certainement. Précisons toutefois qu'une exploitation laitière suisse ne compte en moyenne que 27 vaches laitières, contre 187 aux États-Unis, et tout de même 46 en Italie. Nos producteurs·trices de lait ont donc un nombre "raisonnable" de noms à retenir.

À quoi ressemble la journée d'un·e producteur·trice de lait?

Des liens étroits dès la naissance.

Des liens étroits dès la naissance.

7. Les tendances de prénoms existent aussi chez les veaux.

Oui, il existe un classement annuel des noms les plus donnés aux veaux. Certains sont d'ailleurs des prénoms humains, tandis que d'autres sont plus poétiques ou un brin humoristiques. Petit clin d'œil: en 2020, "Corona" a été un nom à la mode chez les veaux femelles suisses. Voici le classement de l'année 2021 pour la Suisse romande:

Noms de vache/de taureau:

  1. Bella/Pvv
  2. Tulipe/Max
  3. Vanille/Bolet
  4. Étoile/Filou
  5. Iris/Bob

Indentitas met régulièrement à jour la liste des noms attribués aux veaux.

 

8. Les vaches entretiennent le paysage.

Nous avons déjà parlé d'herbe en lien avec la rumination. Mais saviez-vous qu'au pâturage, les vaches entretiennent aussi le paysage et favorisent la biodiversité? En paissant, elles influencent la composition de la végétation et façonnent ainsi l'habitat de nombreux insectes et plantes. Sans vaches, ces surfaces ouvertes seraient envahies par la forêt et les broussailles, ce qui menacerait la biodiversité dans les régions alpestres et empêcherait de produire des denrées alimentaires en région de plaine.

En savoir plus sur les vaches et la biodiversité

9. Les vaches sont de grosses buveuses.

Si on nous a souvent répété de ne pas oublier de boire assez d'eau, les vaches laitières n'ont pas ce problème: elles en avalent jusqu'à 100l par jour, soit presque le contenu d'une baignoire! Elles peuvent d'ailleurs boire facilement le double lorsqu'il fait chaud en été. Heureusement, Lovely et ses amies ne manquent pas d'eau fraîche. Après tout, elles vivent dans le château d'eau de l'Europe: en Suisse, il pleut tellement qu'il est possible d'irriguer 98% des surfaces utilisées pour l'agriculture exclusivement avec de l'eau de pluie. L’agriculture consomme seulement 8% de l’eau bleue (cours d’eau, lacs, nappes phréatiques) de notre pays, alors que la moyenne mondiale est de 70%. Il reste donc suffisamment d'eau fraîche pour nous aussi. Alors, une petite soif?

 

10. Les vaches suisses sortent (très) souvent.

Et pas seulement par beau temps. Concrètement, les vaches suisses sortent au pâturage 26 jours par mois en été et 13 jours en hiver. Le nombre de journées passées dehors ne dépend pas du bon vouloir de l'agriculteur·trice: il est inscrit noir sur blanc dans le programme SRPA, qui garantit aux animaux des sorties régulières en plein air. 88% des vaches suisses bénéficient de ce programme et sortent donc très souvent.

En savoir plus sur le programme SRPA et sur l'élevage de vaches laitières en Suisse

Sortie en hiver: les vaches aiment le froid.

Sortie en hiver: les vaches aiment le froid.

11. Les vaches n'ont pas froid en hiver.

Il peut arriver de voir des vaches dehors par temps de neige. Inutile de s'inquiéter: les vaches n'ont vraiment pas froid en hiver, au contraire. La température idéale pour elles se situe entre 0 et 15 degrés.